Musique – Sénégal : MusikBi, le premier site de téléchargement légal via SMS

MuusikBi © Capture d'écran /MusikBi.com

MusikBi, le premier site de téléchargement légal de musique en Afrique francophone via SMS est né. Cette plateforme, officiellement lancée le 24 février 2016 à Dakar, permet de télécharger légalement de la musique via SMS.

Derrière cette initiative une volonté noble, lutter contre le piratage et permettre aux artistes de profiter de leurs oeuvres. La conférence destinée à présenter la plateforme au grand public, le 24 février, a réuni plusieurs mélomanes de la capitale adeptes de nouveautés, mais aussi des artistes confirmés que la société Solid, à l’origine du projet, a signé pour leur catalogue.  Le concept est simple et innovant, acheter de la musique par SMS dans des zones où la faible bancarisation des populations ne favorise pas l’achat en ligne par carte de crédit.

Solid, la PME qui a porté MusikBi

Forte d’une cinquantaine d’employés au total, disséminés entre le Sénégal, le Gabon et la Côte d’Ivoire, Solid (Solution Informatique Durable) est née en 2005. C’est une PME à valeur ajoutée tournée vers le secteur informatique et agréée pour offrir des services en ligne. Son siège social est basé à Dakar. MusikBi, hébergée par Microsoft Azur est un projet qui a été conceptualisé par la filiale sénégalaise.

image006

image006 © Conférence de lancement de MusikBi.com

Comment utiliser la plateforme ?

« Le client, grâce au crédit qu’il dispose dans son forfait  prépayé, peut acheter l’un des 600 morceaux fournis », explique Amina Sall, directrice commerciale de la société, contactée par Jeune Afrique. Sur le site, il faut choisir le titre voulu et renseigner son numéro de téléphone afin de recevoir un code. Ce dernier est à faire suivre, toujours par SMS, à des numéros mis à disposition par l’opérateur qui fera ensuite parvenir au client un lien de téléchargement. En cliquant dessus, on peut alors télécharger le morceau désiré, ce qui désactivera définitivement le contenu totalement acquis. Le prix du morceau sera ensuite débité du crédit. Avant de se décider, les acheteurs potentiels ont la possibilité d’écouter de brefs extraits sur la plateforme à la manière de iTunes,  la bibliothèque multimédia numérique du géant Apple.

Modèle économique

MusikBi prétend ainsi pouvoir offrir aux artistes une source de revenus supplémentaires. Avec ce procédé, l’opérateur téléphonique Orange et Solid perçoivent 60% de commission sur toutes les ventes (30% chacun) et l’artiste touche 40%. En raison de l’engouement suscité par le buzz qu’a suivi le lancement officiel (une première dans son genre en Afrique francophone), Solid a décidé d’élargir l’éventail des types de paiement en y ajoutant Paypal, un service de paiement en ligne.

La jeune entreprise est actuellement en pourparlers avec l’opérateur sénégalais Tigô qui, lui, exige de toucher 70% de commission. « Impensable », selon Amina Sall, car un tel taux asphyxierait autant Solid que les artistes.

MusikBi a officiellement fait son entrée sur le marché en février mais était déjà opérationnel dès le 1er décembre 2015, en phase de test. Le site enregistre la venue de 500 visiteurs par jour et affiche 1 000 téléchargements au compteur depuis son lancement. Le prix du morceau est fixé en amont avec les artistes qui décident d’un montant compris dans une tranche tarifaire qui va  de 300 à 500 francs CFA. Un prix qui est proportionnel à la notoriété de l’artiste.

Avec un taux de pénétration mobile estimé à 110,74% en décembre 2015 au Sénégal selon l’Autorité de régulation des postes et télécommunications, le paiement par mobile reste l’innovation majeure de MusikBi.  Une manne financière qui pourrait contribuer à l’édification d’une industrie musicale africaine solide.

Vers un catalogue de plus en plus large

Pour cela, il faut également élargir le catalogue. À ce jour, MusikBi propose 600 morceaux venant de 190 artistes, indépendants ou sous contrat avec des maisons de production. La société souhaite évidemment augmenter le volume de son catalogue mais aussi le diversifier au maximum pour avoir une portée panafricaine.

La discographie actuelle propose déjà des artistes sénégalais comme Coumba Gawlo Seck et Duggy Tee, mais dément avoir signé un quelconque contrat avec Youssou N’dour et Baba maal : « C’est une erreur que nous tentons de corriger avec les médias qui ont évoqué une collaboration avec ces deux artistes. Rien n’est fait pour l’instant, mais peut-être dans un futur proche », avance Amina Sall. En effet, les deux superstars sénégalaises apparaissent sur la plateforme en raison de featuring réalisés avec des chanteurs qui eux, sont bien en partenariat avec MusikBi.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici