Engrais : le marocain OCP crée sa filiale pour l’Afrique subsaharienne

Par Jeune Afrique

L'OCP détient les plus grandes réserves de phosphates au monde. © Alexandre Dupeyron pour JA.

"OCP Africa" a été présenté à Marrakech, trois semaines après l'inauguration d'une usine d’engrais qui constitue la première étape d’un ambitieux plan d’expansion sur les marchés africains.

Les ambitions africaines du producteur marocain d’engrais OCP prennent forme. En marge de la conférence « Argus FMB Africa Fertilizer 2016 » consacrée au marché des engrais en Afrique, le groupe a annoncé la création de sa filiale OCP Africa. Celle-ci entend fournir aux agriculteurs africains « une offre complète de produits et services permettant l’accroissement des rendements et l’augmentation de ses revenus », annonce le groupe dans un communiqué jeudi.

Une ambition qu’OCP Africa entend réaliser depuis le Maroc mais aussi via la « quinzaine de filiales » africaines que le groupe envisage de créer avant la fin 2016. OCP Africa, qui se fixe un objectif de 240 salariés d’ici un an, bénéficie par ailleurs du du statut CFC – lui assurant un certain nombre d’exonérations  fiscales et d’avantages réglementaires pour ses opérations au sud du Sahara.

Trois semaines après l’inauguration d’une usine destinée à l’Afrique subsaharienne

OCP Africa est dirigée par Tarik Choho, un ancien d’Areva qui a rejoint le groupe marocain mi 2015.

L’annonce de la création d’OCP Africa intervient trois semaines après l’inauguration par le roi Mohammed VI de l' »Africa Fertilizer Complex », une usine d’engrais située sur le complexe de Jorf Lasfar, sur la côte Atlantique du royaume. D’un coût estimé à 488 millions d’euros, sa production annuelle de 1 millions de tonnes est destinée aux pays d’Afrique subsaharienne. « Plusieurs projets de construction similaires à proximité des marchés de consommation » sont envisagés par OCP Africa, est-il également noté dans le communiqué.