Tunisie : arrestation de seize personnes soupçonnées de terrorisme

Par Jeune Afrique

Un policier tunisien monte la garde devant un hôtel de luxe à Sousse (nord-est), en Tunisie, le 24 juillet 2015. © Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

Seize présumés terroristes ont été arrêtés ces deux derniers jours à Ghardimaou, à 180 kilomètres à l'ouest de Tunis, où ils s'apprêtaient à installer un camp d'entraînement, a indiqué ce lundi le ministère de l'Intérieur.

« Huit éléments takfiristes ont été appréhendés, à Ghardimaou (…) ce qui porte à seize le nombre de terroristes arrêtés dans cette région, depuis dimanche », indique le ministère de l’Intérieur tunisien dans un communiqué adressé le 22 février, cité par l’agence de presse officielle tunisienne.

Sept individus avaient été interpellés la veille, dans la nuit de dimanche à lundi à Oued Mliz, à une dizaine de kilomètres de Ghardimaou, par  une patrouille de militaires et de gardes-nationaux, précise le ministère de l’Intérieur qui avait été informé de « mouvements suspects dans la région ».

Un autre individu a été blessé lors d’un échange de tirs avec les forces tunisiennes et arrêté lundi dans la localité de Doura, toujours dans les environs de  Ghardimaou. Au cours de ces affrontements, « un citoyen a été accidentellement tué », ajoute le texte.

Camps d’entraînement de terroristes

Selon le communiqué, « ces éléments s’apprêtaient à rejoindre des groupes retranchés dans les montagnes du gouvernorat de Jendouba, en vue d’installer un camp d’entraînement de terroristes. Ils disposaient d’armes de guerre ».

Cette opération antiterroriste intervient après l’annonce dimanche du président tunisien Béji Caïd Essebsi de prolonger l’état d’urgence d’un mois. Celui-ci avait été instauré au mois de novembre dans la foulée d’un attentat-suicide contre la garde présidentielle à Tunis, qui avait fait 12 morts.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici