Ouganda : l’opposant Kizza Besigye arrêté pour la troisième fois cette semaine

Par Jeune Afrique avec AFP

Un militant brandit une photo de Kizza Besigye à Kampala le 16 février 2016. © Ben Curtis / AP / Sipa

Le principal opposant de Yoweri Museveni, Kizza Besigye, a été arrêté en Ouganda, au lendemain du vote pour la présidentielle.

Le principal candidat de l’opposition à l’élection présidentielle en Ouganda, Kizza Besigye, a été de nouveau arrêté vendredi 19 février, au siège de son parti, le Forum pour le changement démocratique (FDC). « Kizza Besigye a été arrêté à notre quartier général et emmené vers une destination inconnue », a tweeté le FDC.

Kizza Besigye, principal rival du président Yoweri Museveni, avait déjà été brièvement arrêté jeudi 18 février, devant une maison où, selon son entourage et son parti, des policiers et des membres du parti au pouvoir, le Mouvement de résistance nationale (NRM), auraient été en train de truquer les élections en bourrant des urnes.

L’opposant avait été libéré sans être inculpé et les États-Unis avaient condamné cette arrestation, « un type d’agissement » qui « remet en question l’engagement de l’Ouganda à mener une élection libre et transparente exempte d’intimidation ».

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici