Fermer

Énergie : le Sénégal se rallie à l’initiative Scaling Solar

Par - à Dakar

Panneaux solaires dans la ville de Koudougou, au Burkina Faso. © Renaud Van Der Meeren pour les Éditions du Jaguar

Le Sénégal a conclu un accord avec la Société financière internationale (IFC), filiale du groupe de la Banque mondiale, dans le cadre de l’initiative Scaling Scolar. À la clé, la mise en service, d’ici deux ans, d’une centrale photovoltaïque d’une capacité de 50 à 200 mégawatts.

Le Sénégal vient de conclure un accord avec la Société financière internationale (IFC), filiale du Groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, un accord pour la mise en service d’ici deux ans, d’une centrale solaire d’une capacité de 50 à 200 mégawatts (MW) d’énergie solaire photovoltaïque connectée au réseau, au meilleur coût et avec le meilleur partenaire privé.

Le Sénégal est le deuxième pays africain bénéficiaire après la Zambie en 2015, de l’initiative « Scaling Solar » lancée en janvier 2015 par la Banque mondiale. Elle vise à offrir des solutions clé en main aux gouvernements et aux investisseurs, pour accélérer le déploiement du solaire sur le continent.

Mix énergétique

« Scaling Solar a trois composantes principales, explique Yasser Charafi, responsable en chef des investissements au bureau dakarois d’IFC. L’initiative a d’abord une mission de conseil auprès des gouvernements pour leur permettre d’identifier les meilleurs sites, leur fournir un package contractuel, leur permettre de mener à bien un processus compétitif, transparent et à même d’attirer les meilleurs investisseurs dans le solaire. Ensuite, elle permet d’apporter des financements disponibles pour tous les soumissionnaires. Elle offre, enfin, des instruments d’assurance et de gestion du risque (politique, lié aux devises, etc.) ».

Environ la moitié de la population sénégalaise dispose d’un accès à l’électricité. Cette proportion chute à près d’un quart en zones rurales. Le pays souhaite à la fois accroître ses capacités électriques et renforcer la proportion des énergies renouvelables dans son mix énergétique, dominé aujourd’hui par les énergies fossiles.

Les engagements de la Banque mondiale au Sénégal ont atteint 356 millions de dollars en 2014 et 170 millions en 2015. Ils sont attendus à 100 millions en 2016.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici