Sierra Leone : 250 tombes vandalisées en deux mois à Freetown

Par Jeune Afrique avec AFP

Une rue de Freetown, la capitale de la Sierra Leone. © Michael Duff / AP / SIPA

Des pilleurs de tombes ont vandalisé 250 sépultures en deux mois dans la capitale sierra-léonaise. La mairie de Freetown a annoncé avoir mis en place un dispositif de surveillance pour endiguer cette vague de crimes.

« Deux cent cinquante tombes ont été vandalisées par des inconnus dans trois cimetières de la capitale au cours des deux derniers mois », a déclaré samedi le Conseil municipal. Selon plusieurs témoignages, les pilleurs auraient également embarqué des cercueils et des bijoux.

La capitale sierra-léonaise, Freetown, compte plus de trois millions d’habitants sur les 6,5 millions vivant dans le pays. Freetown dispose de sept cimetières, dont le plus grand, celui de Kingtom, situé au cœur du quartier des affaires. Il comprend à lui seul plus de 6 000 tombes où reposent environ 60% des victimes de l’épidémie d’Ebola. Dans ce cimetière, « les vandales et les mécréants ont utilisé des pioches, des marteaux, des pelles et d’autres sortes d’outils pour éventrer des stèles et caveaux », volant des cercueils, des bijoux et même des vêtements des morts, a raconté Abdul Rahman, un gardien affecté à Kingtom. Il estime également que les coffres funéraires pillés ont été revendus à des entrepreneurs de pompes funèbres.

Ces pillages constituent une « honte » pour le pays a énoncé Sulaiman Zainu-Parker, un responsable du Conseil municipal

Selon des responsables municipaux, les vandales ont agi dans les cimetières de Kingtom, d’Ascension Town (à l’ouest) et de Kissy Road (à l’est). Ils ont commis des dégâts dont le montant n’a pas encore été évalué. Ces pillages constituent une « honte » pour le pays a énoncé Sulaiman Zainu-Parker, un responsable du Conseil municipal. On ignore encore le nombre de pilleurs et s’ils agissaient en bande ou seuls.

Un dispositif de surveillance 24h/24

« Pour endiguer ces actes infâmes » a déclaré Sulaiman Zainu-Parker, la mairie « a maintenant mis en place un dispositif de surveillance des sept cimetières de la ville » qui fonctionne 24 heures sur 24 et comprend plusieurs policiers armés. Précédemment, les lieux étaient surveillés par des gardiens qui ne disposaient que d’une matraque a expliqué Abdul Rahman, gardien du cimetière de Kingtom, à la radio nationale. Selon lui, les pilleurs agissaient au milieu de la nuit lorsque les cimetières étaient fermés.

« Il est temps que cela s’arrête »

Des habitants de la capitale ont raconté dimanche que plusieurs tombes de leurs proches avaient été pillées. Raymond Taylor a expliqué que le caveau familial situé dans le cimetière de Kingtom a été ouvert par des inconnus. Ces derniers ont délesté le caveau du cercueil de son père, en bois d’acajou, ayant coûté « environ 1 000 dollars ».

Une autre habitante, Fatu Sheriff, a déclaré que la tombe de sa tante, enterrée à Ascension Town, avait été ouverte. Les bijoux et son alliance ont été emportés. « Il est temps que cela s’arrête », a-t-elle ajouté.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici