Tunisie : rentabilité accrue pour Monoprix mais chiffre d’affaires au ralenti

L'enseigne Monoprix en Tunisie. © AFP

La marge nette de la Société Nouvelle Maison de la Ville de Tunis (SNMVT-Monoprix) atteint 18,17 % des 555,222 millions de dinars de chiffre d'affaires réalisé en 2015, contre 16% l'an passé. Un accroissement des marges qui s'explique par le positionnement de Monoprix sur les produits à plus forte valeur ajoutée. À +5%, la croissance des volumes demeure loin des objectifs.

La Société Nouvelle Maison de la Ville de Tunis (SNMVT-Monoprix) a vu son chiffre d’affaires augmenter de 4,6% en 2015 pour s’établir à 555,2 millions de dinars (248,4 millions d’euros). Sur fond de recentrage sur le marché national tunisien, la marge nette de la société tunisienne (84 magasins de marques Monoprix et Mercure), détenue majoritairement par le groupe Mabrouk et cotée à la Bourse de Tunis, atteint 18,17% du chiffre d’affaires en 2015, contre environ 16% fin 2014.

Une hausse de la rentabilité qui s’explique par le positionnement de Monoprix sur les produits à plus forte valeur ajoutée comme le textile, l’électroménager et les produits frais. La société a ouvert récemment, en ce sens, une ligne Traiteur-Pâtisserie.

« Malgré la difficile situation économique du pays, Monoprix a été moins touché et son trend est resté stable. Mais la question est de savoir si la société est arrivée à maturité ou non », détaille Aymen Ben Zina, analyste financier chez Attijari Intermédiation. Jusqu’ici les tentatives de développement hors de Tunisie n’ont pas généré autant d’activités qu’espérées : au Maroc, l’impact des magasins est quasi nul dans les résultats globaux et en Libye, Monoprix a dû fermer ses portes.

Un second hypermarché pour accélérer la croissance du chiffre d’affaires

En outre, les charges salariales ont progressé de près de 12% avec l’intégration de 310 salariés après le rachat de Mercure Market (en 2014). L’ouverture d’un magasin BUT, promis depuis 2013, et d’un second hypermarché, pourrait permettre de raffermir la croissance de SNMVT en développant de la valeur ajoutée « et de mieux positionner le groupe dans un secteur très concurrentiel en misant sur des marques internationales », précise Aymen Ben Zina.

SNMVT avait fini l’année 2014 avec une hausse de 10,64 % de son chiffre d’affaires, à 531 millions de dinars (environ 234 millions d’euros). Un résultat meilleur qu’en 2013 (+8,7 %, à 479,9 millions de dinars) mais toujours inférieur aux objectifs annoncés en 2013 de 20 % de croissance annuelle des revenus.