Airtel Trace Music Star 2016 : dix pays africains concernés, un talent recherché

La finale de la première édition d'Airtel Trace Music Star. © Capture d'écran/Youtube Trace Urban

Après le succès de sa première édition, Airtel Trace Music Star démarre lundi dans 10 pays africains. Objectif : détecter le jeune talent de la musique africaine pour le soutenir et le promouvoir. En attendant, prenez vos téléphones portables, place au casting !

Qui succédera à Mayunga Andrew Nalimi, vainqueur de la première édition d’Airtel Trace Music Star. En 2015, ce jeune prodigue tanzanien a remporté la compétition en présence de la star américaine d’origine sénégalaise Akon.

« Nice couple », le premier single de Mayunga Nalimi, vainqueur d’Airtel Trace Music Star 2015

Pour participer à la deuxième édition de ce grand casting musical en Afrique, il faut résider dans l’un de 10 pays retenus : la RD Congo, le Gabon, le Ghana, le Kenya, Madagascar, le Malawi, le Nigeria, la Tanzanie, la Zambie et pour la première fois le Niger. Contrairement à l’année dernière, le Burkina, le Congo-Brazzaville, l’Ouganda et le Tchad n’ont pas été sélectionnés.

Comment faire ?

Dans chaque pays participant, un numéro sera rendu public pour une pré-sélection. Munis de leur téléphone portable, les candidats doivent appeler le serveur vocal interactif qui sera mis en place et enregistrer une chanson.

Les cinq plus belles voix de chaque pays – si le jury maintient le format de l’année dernière – s’affronteront ensuite pour trouver le représentant national qui se mesurera aux autres gagnants lors d’une grande finale panafricaine prévue à Lagos.

Le vainqueur de la finale « remportera un contrat d’artiste, un voyage à Atlanta (États-Unis) pour une session de coaching avec Keri Hilton, la production d’un titre et d’un clip vidéo en duo avec la chanteuse et un contrat de promotion sur les médias radio, TV et digitaux de Trace », indiquent les organisateurs.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici