Le Sénégal salue la découverte de gaz naturel à sa frontière avec la Mauritanie

Par Jeune Afrique avec AFP

BP a déjà acquis en décembre, auprès de l'américain Kosmos Energy, une participation majoritaire dans plusieurs licences d'exploration côté mauritanien. © DR/Kosmos energy

Le Sénégal a salué, ce 28 janvier, la découverte d'un important gisement de gaz naturel avec des réserves estimées à 450 milliards de mètres cubes, dans sa partie nord, à la frontière avec la Mauritanie, annoncée la veille par la société américaine Kosmos Energy.

« L’exploitation prochaine de cette ressource ouvre de belles perspectives dans la mise en oeuvre du Plan Sénégal émergent (PSE) », s’est félicité le président sénégalais, Macky Sall, sur son compte officiel twitter dans la nuit de mercredi à jeudi.

Indépendant

« C’est la meilleure nouvelle qui puisse arriver à notre pays et cette découverte donne au Sénégal la capacité d’être indépendant d’un point de vue énergétique mais aussi de vendre (du gaz) au reste du monde », a renchéri, ce jeudi le ministre chargé de l’Énergie, Thierno Alassane Sall, sur la télévision publique.

« Cette découverte significative est le plus important gisement en Afrique de l’Ouest car étant constitué d’une large structure répartie de part et d’autre de la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie », précise un communiqué gouvernemental publié mercredi soir après le Conseil des ministres, soulignant que les réserves en sont estimées à 450 milliards de mètres cubes.

Le jour même, la société américaine Kosmos Energy, détentrice depuis 2014 de droits d’exploration d’hydrocarbures au Sénégal, avait annoncé cette importante découverte de gaz au large de Saint-Louis, sur un gisement offshore à cheval sur les deux pays. Les droits du puits de Gueumbeul-1, où la découverte a été faite, sont partagés entre Kosmos Energy (60%), Timis Corporation (30%) et Petrosen (10%).

Découverte un an plus tôt d’un gisement de pétrole

Cette annonce intervient intervient après celle en octobre 2014 de la découverte de pétrole par le groupe britannique Cairn Energy au large des côtes de Sangomar, sur le littoral sud-ouest du Sénégal. Dakar espérait produire son premier baril d’or noir en 2019-2020, les importations de pétrole représentant, officiellement, environ 10% du Produit intérieur brut (PIB).

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique