Télécoms

Côte d’Ivoire : le libyen GreenN négocie pour l’obtention de la licence 4G

©

Le président de LPTIC, maison-mère de l'opérateur de téléphonie mobile libyen, est venu à Abidjan présenter le plan global d'investissements et de relance de GreenN en Côte d'Ivoire - et exclure toute sortie.

Le groupe libyen des postes et des technologies de l’information et de la communication (LPTIC), actionnaire majoritaire de la compagnie de téléphonie mobile GreenN, candidat déclaré à l’obtention de la licence 4G, a ouvert des négociations directes pour l’acquisition du précieux sésame – déjà obtenu et en partie payé par Orange et MTN qui devaient débuter la commercialisation d’une offre d’internet mobile à haut débit en 2016.

Sortie exclue

Faisel Gergab, le président de LPTIC, a effectué le déplacement à Abidjan pour rencontrer Bruno Koné, le ministre de l’Économie numérique et de la Poste, pour proposer un plan global d’investissements et de relance de GreenN en Côte d’Ivoire, et exclure toute sortie de l’opérateur sur un marché en croissance (de 15,5 à 22,1 millions d’abonnés de 2010 à 2014).

« J’ai reçu en audience les Libyens de GreenN. Nous avons échangé sur leurs propositions », a confié à Jeune Afrique Bruno Koné, joint au téléphone. Un autre rendez-vous est prévu au plus tard début février pour la poursuite des négociations.

GreenN a vu son empreinte nettement réduite en Côte d’Ivoire. À la fin du troisième trimestre 2015, selon les statistiques de l’Autorité de régulation des télécommunications de Côte d’Ivoire, GreenN comptait 474 336 abonnés (1,92 % du marché), contre 787 000 abonnés six mois plus tôt.

Fermer

Je me connecte