Kenya : 5 choses à savoir sur le plus vieux massacre connu de l’Histoire

Tentative de recomposition de l'Homo naledi, le 10 septembre 2015 en Afrique du Sud. © Themba Hadebe/AP/SIPA

Il s'agit vraisemblablement du plus vieux massacre connu de l'histoire de l'humanité. La revue scientifique Nature a annoncé mercredi la découverte des restes de 27 personnes tuées... à l'époque de l'âge de pierre.

Quelle est la nature des faits ?

Les faits remontent à il y a environ 10 000 ans. Des voleurs s’attaquent à un groupe de chasseurs-cueilleurs dans le nord du Kenya. « Un assaut brutal avec l’intention de tuer les individus qui pouvaient organiser une défense ou une contre-attaque », explique au journal Nature, dans son édition du 20 janvier, Marta Mirazón Lahr, paléontologue à l’université de Cambridge.

Marta Mirazón Lahr et son équipe sont formels après la découverte des restes de 27 chasseurs-cueilleurs tués : c’est le plus vieux massacre connu de l’histoire de l’humanité. Une tuerie qui remonte donc à l’âge de pierre.

Quelles armes ont-elles été utilisées ?

Sur le lieu de cette plus vieille scène de crime, des scientifiques affirment avoir découvert une lame acérée en obsidienne, une pierre volcanique, fichée dans le crâne d’un homme.

Sur un autre squelette, ils ont pu relever les marques de deux coups mortels portés à la tête, sans doute par un gourdin, le crâne étant brisé.

D’autres fossiles humains portent des traces de blessure par projectile sur le cou, le crâne, les mains, les genoux. Certaines côtes trouvées sur les lieux sont brisées. On trouve également le fossile d’une femme apparemment sur le point d’accoucher, pieds et mains liés.

Y-a-il eu préméditation ?

Pour avoir attaqué avec ces armes, Marta Mirazón Lahr et ses collègues sont convaincus que le groupe des assaillants a bien préparé l’attaque et planifié le massacre de ces 27 chasseurs-cueilleurs : 21 adultes et 6 enfants, la plupart âgés de moins de 6 ans.

Selon des chercheurs, ces chasseurs-cueilleurs ont été massacrés sans doute par des assaillants venus d’une autre région, ces derniers voulant s’approprier les biens – eau, viande ou poisson séché, noix – que possédaient leurs victimes.

Quel est le lieu du massacre ?

Les 27 chasseurs-cueilleurs ont été surpris sur le site de Nataruk, à une trentaine de km à l’ouest du lac Turkana, dans le nord du Kenya.

Qui a fait cette découverte ?

C’est un groupe de chercheurs, dirigé par Marta Mirazón Lahr, paléontologue d’origine brésilienne, qui a fait cette découverte.

L’équipe travaille en Afrique de l’Est dans le cadre d’un projet financé par l’Espace européen de la recherche (ERC). Objectif : examiner la région sous l’angle de son apport à l’évolution de l’homme.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici