Andrea Bussotti (MSF) : « Tout indique que l’épidémie d’Ebola faiblit » en Afrique de l’Ouest

L'épidémie est contrôlée en RD Congo selon le gouvernement. © Aurélie Marrier d'Unienv/AP/SIPA

Quelques heures après que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé la fin de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, un nouveau cas a été confirmé en Sierra Leone. "Une coïncidence malheureuse", a expliqué à Jeune Afrique Andrea Bussotti, porte-parole de Médecins sans frontières (MSF).

Jeune Afrique : Comment expliquer ce nouveau cas en Sierra Leone au lendemain de l’annonce de l’OMS ?

Andrea Bussotti : L’OMS travaille dans un cadre très codifié. Techniquement, elle annonce l’arrêt de la transmission d’Ebola 42 jours – soit deux fois la durée de 21 jours d’incubation du virus – après qu’un malade ou un patient en contact avec un malade a été testé négatif. C’est une procédure automatique.

L’OMS a d’ailleurs annoncé à trois reprises la fin d’Ebola au Liberia, comme elle avait annoncé la fin de l’épidémie en Sierra Leone en novembre.

Peut-on tout de même dire qu’il s’agit de la fin de l’épidémie ? 

C’est clairement la queue de la comète, mais le processus est long. Les cas de transmission sont beaucoup moins nombreux depuis un an et tout indique que l’épidémie faiblit, même s’il est possible de voir de nouveaux cas apparaître, comme celui en Sierra Leone.

L’OMS avait par ailleurs prévenu que de nouveaux cas risquaient d’être détectés. La coïncidence du calendrier est malheureuse, mais c’est une coïncidence.

L’Afrique de l’Ouest est donc bien en passe de se débarrasser de l’épidémie ? 

C’est très difficile de s’aventurer dans des pronostics, d’autant qu’Ebola nous a réservé de nombreuses surprises.

Les autorités sierra-léonaises sont désormais en train de mener l’enquête et de répertorier les personnes avec qui cette patiente décédée est entrée en contact. Il faut savoir que ce travail de sensibilisation, de perception du risque et d’enquête n’existait pas au début de l’épidémie. La Guinée, le Liberia et le Sierra Leone sont bien mieux préparés à faire face à Ebola.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici