Barakacity – #FreeMoussa : l’humanitaire français réincarcéré au Bangladesh

La Pétition pour la libération de Moussa, humanitaire de l'ONG Baraka City, a recueilli plus de 400 000 signatures. © Copie écran du site internet de Baraka City, le 11 janvier 2016

"Ce matin, Moussa devait plier bagage pour retrouver la liberté" signale ce matin l'ONG musulmane BarakaCity dont le jeune humanitaire français est membre. Annoncée lundi, la décision de sa mise en liberté a été suspendue par le ministère bangladais de la Justice.

« À la demande du ministère de la Justice, Moussa est réincarcéré… », a informé mercredi son avocat, Samim Bolaky sur son compte Facebook. Jugé devant la Cour de Cox’bazar, dans le sud du Bangladesh, le jeune humanitaire français, âgé de 28 ans, avait été remis en liberté sous caution après avoir été innocenté, le 11 janvier dernier.

Le ministère français des Affaires étrangères avait même confirmé cette information, par l’intermédiaire de son porte-parole, Romain Nadal  :

La décision de justice raturée à la main

« L’ordonnance de mise en liberté a été vulgairement raturée à la main, emportant son annulation » a indiqué mercredi son avocat. »Le président de la Cour, qui a finalement accepté de nous rencontrer, nous indique que le ministère de la Justice aurait donné des instructions sur ce dossier », a-t-il précisé, tout en dénonçant une « mascarade judiciaire ».

BarakaCity a interpellé le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, lui demandant de « prendre une position ferme » sur cette affaire, et de lui fournir « des explications sur l’incarcération non justifiée d’un humanitaire français, et sur sa mise en liberté révoquée par le ministère bangladais de la justice ».