Cinéma : qui est Michael Bakari Jordan, à l’affiche de « Creed : l’héritage de Rocky Balboa » ?

Le comédien Michael B. Jordan. © Matt Sayles/AP/SIPA

Le comédien africain-américain Michael B. Jordan incarne le héros du septième opus de la saga hollywoodienne qui a consacré Sylvester Stallone il y a 40 ans.

Le nouvel opus de la saga des Rocky est certainement le meilleur depuis le premier, sorti en 1976 et réalisé par John G. Avildsen. Une réussite qui tient au talent du très jeune réalisateur  – 29 ans – aux manettes de ce septième round, Ryan Coogler, à qui l’on doit l’excellent Fruitvale Station. Mais aussi à Michael B. Jordan, qui livre une excellente performance d’acteur et pourrait devenir l’une des valeurs sûres d’Hollywood.

« Noble promesse »

Michael B. Jordan est né le 9 février 1987 à Santa Ana en Californie mais a grandi dans la ville de Newark, dans le New Jersey. Il est le cadet d’une fratrie de trois enfants. Bakari signifie en swahili, « Noble promesse ». Un patronyme qu’il peut assumer fièrement, ses débuts à la télévision en tant que comédien sont des plus réussis. Il fait ses débuts en 1999, alors qu’il est âgé de douze ans, dans la série Cosby et dans Les Soprano. Mais c’est en 2002 grâce à sa belle performance dans un rôle de dealer, Wallace, dans la première saison de la série de David Simon,  The Wire (HBO), qu’il se fait connaître. Il enchaîne avec un rôle de quaterback, Vince Howard, dans les deux dernières saisons de Friday Night Lights (NBC), et dans la série fleuve Parenthood (NBC), où il campe le personnage d’Alex.

2012, les grandes premières au cinéma

En 2012, le comédien fait ses premiers pas sur le grand écran. Il tourne dans l’excellent film de science fiction Chronicle de Josh Trank, où il interprète l’un des trois lycéens qui découvre ses super pouvoirs. Mais c’est le réalisateur Ryan Coogler qui lui offre son premier rôle principal dans Fruitvale Station. Dans ce premier long-métrage du réalisateur africain-américain, Jordan incarne Oscar Grant, un jeune homme noir abattu par la police de San Francisco à la station de métro Fruitvale. Inspirés de faits réels, le film est projeté l’année suivante au Festival de Sundance où il reçoit le Prix du grand jury et du public dans la catégorie « films dramatiques ». Il sera également sélectionné et diffusé au Festival de Cannes 2013 dans la catégorie « Un certain regard ».

2015, l’année des blockbusters

L’année 2015 est certainement une année charnière pour le comédien.  Il retrouve Josh Trank dans les 4 fantastiques où il incarne Johnny Storm (La torche humaine) mais surtout Ryan Coogler qui lui offre le rôle principal dans Creed : l’héritage de Rocky Balboa. Il donne la réplique à un Sylvester Stallone (Rocky) certainement au sommet de sa carrière, en incarnant Adonis Creed, le fils de l’ancien champion du monde Apollo Creed, décédé dans le 4e épisode de la franchise.

Pour être à la hauteur du rôle, Jordan s’est livré à un entraînement physique intensif. Lors du tournage, l’acteur à même pris, volontairement (une sorte d’initiation selon Stallone…) un véritable K.O, partagé par Sly himself sur son compte Twitter. On compatit : c’est Tony Bellew qui campe son adversaire. Tony Bellew qui n’a pas eu à composer beaucoup puisque l’Anglais est boxeur pro et ancien champion du monde (WBO, catégorie mi-lourds)