Corée du Nord : tollé après l’annonce par Pyongyang de son premier essai réussi de bombe H

Par Jeune Afrique avec AFP

Retransmission télévisée, le 1e janvier 2016 à Séoul, de l'allocution du dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un. © Jung Yeon-Je/AFP

Immédiatement après l'annonce mercredi par la Corée du Nord du "succès" de son premier essai de bombe à hydrogène, le Conseil de sécurité de l'ONU a annoncé une réunion d'urgence. Washington et Londres parlent eux de "provocation".

Si elle se confirme, la réussite annoncée du premier essai de bombe à hydrogène marquerait une avancée importante de la Corée du Nord dans son programme nucléaire. L’annonce du test réussi a été faite, le 6 janvier, par un présentateur de la télévision officielle nord-coréenne.

« Le premier essai de bombe à hydrogène de la République a été mené avec succès à 10 heures [1 heure 30 TU] le 6 janvier 2016, sur le fondement de la détermination stratégique du Parti des travailleurs au pouvoir », a-t-il affirmé.

« Avec le succès parfait de notre bombe H historique, nous rejoignons les rangs des États nucléaires avancés », a ajouté le présentateur, en précisant que l’engin testé était miniaturisé.

L’essai a été ordonné personnellement par le leader nord-coréen Kim Jong-Un et est intervenu deux jours avant son anniversaire.

Réactions dans le monde

Les États-Unis et le Japon ont immédiatement saisi le Conseil de sécurité des Nations unies qui a annoncé dans la foulée une réunion d’urgence. « [Celle-ci] prendra la forme de consultations à huis clos dans la matinée [heure de New York] entre les 15 pays membres », a précisé Hagar Chemali, la porte-parole de la mission américaine auprès de l’ONU.

Mais « les États-Unis ne sont pas en mesure de confirmer pour le moment qu’un essai a bien été mené » en Corée du Nord, a-t-elle ajouté, soulignant cependant que « Washington condamne toute violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et appelle de nouveau la Corée du Nord à respecter ses obligations internationales et ses engagements ».

Washington n’acceptera pas que la Corée du Nord devienne un État nucléaire

Plusieurs résolutions de l’ONU interdisent en effet à Pyongyang toute activité nucléaire ou liée à la technologie des missiles balistiques. Ce qui n’a jamais empêché la Corée du Nord à poursuivre son programme : le pays a déjà testé trois fois la bombe atomique A, qui utilise la seule fission, en 2006, 2009 et 2013.

« Nous avons toujours été clairs, nous n’accepterons pas qu’elle [la Corée du Nord] devienne un État nucléaire », a rappelé Ned Price,  le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, dans un communiqué diffusé dans la nuit de mardi à mercredi. « Nous continuerons a protéger et défendre nos alliés dans la région, y compris la Corée du Sud, et nous répondrons de manière appropriée à toute provocation nord-coréenne », a-t-il martelé.

À Londres, Philip Hammond a réagi mercredi sur Twitter. « Si les rapports sur un essai de bombe H nord-coréenne sont vrais, il s’agit d’une violation grave des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et d’une provocation que je condamne sans réserve », a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères sur son compte officiel.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici