Sondage : Moïse Katumbi, Africain de 2015 selon les lecteurs de J.A., devant Mbonimpa et Mukwege

Moïse Katumbi, Pierre Claver Mbonimpa, Denis Mukwege. © AP/SIPA

Notre sondage sur l’Africain de l’année 2015 a rendu son verdict. Avec plus de 46 000 votes, il consacre un trio des Grands lacs, avec en troisième position le Docteur Denis Mukwege, derrière le Burundais Pierre-Claver Mbonimpa et le lauréat, le Congolais Moïse Katumbi. Décryptage.

L’Afrique des Grands lacs n’aura laissé que des miettes à ses concurrents dans ce sondage lancé par Jeune Afrique le 14 décembre. En un peu plus d’une semaine, quelque 46 181 votes ont été comptabilisés afin de départager les 18 candidats, sportifs, hommes politiques ou artistes, proposés par la rédaction.

Si Michel Kafando, fort d’une transition réussie au Burkina, a tenu la corde dans les premiers jours de vote, il a été rapidement dépassé par les candidats de l’Afrique des Grands lacs, qui sortent grand gagnant de cette consultation.

Deux défenseurs des droits de l’homme sur le podium

Troisième, Denis Mukwege confirme sa popularité auprès de nos lecteurs en recueillant 6% des voix (2 597), juste devant l’Ivoirien DJ Arafat (2 432), premier artiste du classement. Le chirurgien de RDC est toutefois bien loin derrière le Burundais Pierre Claver Mbonimpa, qui le précède, avec 32% et 14 840 votes à son actif.

Longtemps en tête, grâce à une forte mobilisation des internautes burundais, le défenseur des droits de l’homme, en exil en Belgique, et dont le fils a été tué au Burundi, peut compter sur un soutien qui ne faiblit pas, alors que le régime Nkurunziza est de plus en plus critiqué.

Katumbi lancé pour 2016

Toutefois, le Burundais n’aura pu résisté à l’autre grand gagnant de la région, le Congolais Moïse Katumbi. Longtemps deuxième, le président du TP Mazembe a vu ses supporteurs se mobiliser dans les derniers jours du vote, écrasant tout sur leur passage. Pour preuve, quelque 6% des personnes ayant accédé au sondage l’ont fait depuis le site du… TP Mazembe, l’équipe de football dont l’ancien gouverneur de la province du Katanga est propriétaire. Un succès qui en dit long sur la force de mobilisation dont dispose sur internet celui qui fait figure de principal opposant à Joseph Kabila.