Affrontements à Djibouti : au moins 7 morts selon les autorités, une vingtaine selon l’opposition

Par Jeune Afrique avec AFP

Ismail Omar Guelleh, président depuis 1999 © Carl de Souza/AFP

Des affrontements avec la police ont eu lieu lundi à Djibouti. Au moins sept civils ont été tués et 23 blessés, selon le gouvernement. De son côté, l’opposition parle d'une vingtaine de morts.

Ces affrontements ont eu lieu à l’aube lundi 21 décembre dans la localité de Buldhoqo, près de Balbala, en périphérie de la capitale Djibouti-Ville où se tenait une cérémonie traditionnelle selon l’opposition. Selon le ministre djiboutien des Affaires étrangères Mahamoud Ali Youssouf, « les violences ont débuté quand les policiers ont voulu déplacer cette foule vers un lieu mieux adapté ».

« Il y avait des centaines de personnes rassemblées là, armées de couteaux ou de machettes, et deux d’entre elles avaient des kalachnikovs », a affirmé le ministre. « Quand les renforts de la police et l’armée sont arrivés, les gens ont refusé de bouger et les violences ont commencé, a-t-il souligné. Une enquête est menée pour savoir comment cet incident a pu se produire. »

« Les autorités médicales ont recensé sept personnes tuées, six hommes à coups de machette, et une jeune fille par balle. Vingt-trois civils ont été blessés, dont neuf sont encore hospitalisés. Cinquante policiers ont été blessés et hospitalisés (…) Huit le sont encore, dont deux pour des blessures par balles, a-t-il ajouté.

« Arsenal militaire »

La version présentée par la Ligue djiboutienne des droits de l’homme et l’opposition est totalement différente. Sur RFI, Maître Zakaria Abdillahi, président de la Ligue djiboutienne des droits humains, a rapporté qu' »une communauté djiboutienne célébrait une fête, à la fois religieuse et tribale (…)  À 4h, des éléments de la police sont intervenus pour les disperser alors qu’ils étaient en train d’organiser une fête pour manger et lire le Coran. Donc, cela n’avait rien à voir avec l’opposition politique. (…) C’est tout un arsenal militaire qui a été utilisé, à savoir des chars, des blindés et autres ».

L‘Union pour le salut national (USN), une coalition de sept partis djiboutiens d’opposition, a assuré de son côté dans un communiqué que la police avait abattu 19 civils. L’USN a affirmé avoir ensuite tenu une réunion pour discuter de la situation, au cours de laquelle la police aurait tiré à balles réelles et lancé des lacrymogènes, faisant plusieurs blessés graves parmi ses membres, dont son président Ahmed Youssouf Houmed.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici