Transport ferroviaire : China Eximbank prête 1,5 milliard de dollars au Kenya

Par Jeune Afrique

Ouvrier sur le chantier d'une ligne ferroviaire au Nigeria. © Gwenn Dubourthoumieu pour J.A.

Cet accord de financement, signé en marge du Forum sur la coopération sino-africaine de Johannesburg, finance l'extension de la nouvelle ligne ferroviaire Mombasa-Nairobi.

Le Kenya a conclu un accord de prêt de 1,5 milliard de dollars avec la banque chinoise d’import-export, China Eximbank, pour financer le prolongement de la nouvelle ligne de chemin de fer Mombasa-Nairobi, en cours de construction, jusqu’à Naivasha, dans la vallée du Rift, à près de 80 kilomètres à vol d’oiseau au nord-ouest de la capitale kényane.

L’accord a été signé en marge du Forum sur la coopération sino-africaine tenu à Johannesburg les 04 et 05 décembre. Cette ligne ferroviaire qui relie l’océan Indien (depuis la ville portuaire de Mombasa) à la capitale du Kenya, devrait atteindre Nairobi l’année prochaine et démarrer ses services commerciaux à la mi-2017.

Seule une ville ligne héritée de la colonisation britannique relie aujourd’hui Nairobi à Mombasa, et les trains mettent une dizaine d’heures pour parcourir les 450 km qui séparent les deux principales villes kényanes. La nouvelle ligne devrait permettre de franchir cette distance en moitié moins de temps.

Jusqu’en Ouganda

Kenya Railways, l’opérateur ferroviaire national, et le groupe de construction public China Communications Construction Company Ltd ont également signé, en marge du forum, un accord pour réaliser des études de faisabilité et les plans initiaux pour la deuxième étape de la ligne Mombasa-Nairobi, qui rejoindre la ville de Malaba, à la frontière du Kenya avec l’Ouganda.

Ces travaux font partie d’un vaste projet ferroviaire initié par le Kenya, qui prévoit le prolongement de cette ligne en Ouganda, puis à Kigali, au Rwanda, et potentiellement jusqu’à Djouba au Soudan du Sud, soit un total de 2900 kilomètres.

Financé par China Eximbank et construit par China Road and Bridge Corporation (CRBC), le coût de ce chemin de fer, dont la finalisation n’est pas attendue avant 2018, est estimé à 10 milliards d’euros.