Fermer

Nigeria : les opérations anti-Boko Haram pourraient durer plus longtemps que prévu

Par Jeune Afrique avec AFP

Des soldats nigérians en avril 2015 dans la ville de Gwoza, tout juste libérée de Boko Haram. © Lekan Oyekanmi/AP/SIPA

Le président nigérian Muhammadu Buhari avait donné à l'armée jusqu'à fin décembre pour venir à bout du groupe islamiste. Mais il a prévenu lundi que les opérations militaires pour vaincre la rébellion de Boko Haram pourraient durer plus longtemps que prévu.

« Je voudrais souligner que ce délai est indicatif », a déclaré le président dans un message adressé aux chefs de l’armée réunis dans l’État de Jigawa (nord), lu par le chef d’état-major, le général Abayomi Olonisakin. « S’il faut le modifier pour mener des opérations multiples à travers le pays, le gouvernement fédéral n’hésitera pas à le faire », a ajouté  Muhammadu Buhari à seulement trois semaines de la fin du délai initialement prévu par le gouvernement.

Les capacités de Boko Haram réduites

Selon les analystes en sécurité, l’armée a obtenu de réels succès contre les rebelles depuis le début de l’année, parvenant à reconquérir une grande partie des territoires du nord-est du pays dont ils s’étaient emparés et sur lesquels ils avaient proclamé un « califat ». Et les capacités d’attaque de Boko Haram ont été réduites.

Mais les islamistes poursuivent leurs opérations meurtrières, aussi bien dans le nord du Nigeria que dans les pays frontaliers, Niger, Tchad et Cameroun.