Afrique du Sud : Oscar Pistorius condamné en appel pour meurtre avec préméditation

Par Jeune Afrique avec AFP

L'athlète paralympique Oscar Pistorius à la haute cour de Pretoria, le 21 octobre 2014. © Themba Hadebe / AFP

Le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius a été reconnu "coupable de meurtre" avec préméditation jeudi lors de son procès en appel. En première instance, il avait été condamné à cinq ans de prison pour l'homicide involontaire de sa petite amie Reeva Steenkamp en octobre 2014.

Oscar Pistorius est « coupable de meurtre, ayant eu des intentions criminelles » au moment des coups de feu, a déclaré jeudi 3 décembre le juge de la Cour suprême, précisant que l’affaire était « renvoyée à la juridiction de première instance pour revoir la sentence ». Il encourt désormais une peine d’au moins 15 ans de prison.

En première instance, le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius avait été condamné à 5 ans de prison pour « homicide involontaire ». Ce verdict en première instance avait suscité incrédulité et surprise de la part du parquet et de nombreux experts.

« Je voudrais dire à la famille Pistorius que je suis désolé que ce soit encore plus douloureux maintenant. J’aurais tant souhaité que tout cela ne se soit jamais produit, mais sachant que c’est arrivé, il faut continuer à vivre », a déclaré le père de la victime Barry Steenkamp.

« Je n’aurais pas grand chose à dire à Oscar »

Interrogé sur son souhait, souvent évoqué, de rencontrer Pistorius, le vieil homme à la barbe blanche a répondu : « Tournons la page. Je suis satisfait désormais. Je n’aurais pas grand chose à dire à Oscar. »

« Cette affaire dure depuis deux ans maintenant. J’aurais aimé que les choses aillent plus vite. Mais je pense qu’on en voit la fin et nous allons nous consacrer à la fondation de Reeva », a-t-il ajouté, très ému. Cette fondation, qui doit être prochainement lancée officiellement, se consacrera à la protection des femmes victimes de violences, un projet que Reeva comptait lancer.

June Steenkamp, la mère de la victime, était elle présente jeudi à la Cour suprême d’appel à Bloemfontein (centre). À l’énoncé du verdict, elle est restée quasi impassible, alors qu’une amie la prenait dans ses bras pour la réconforter.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici