Precious Woods transforme « durablement » l’okoumé du Gabon

Une équipe d'inventaire de Precious Woods au Gabon © Precious Woods

Gestionnaire de 600 000 hectares de forêt au Gabon, où elle est établie depuis 2007, l'entreprise helvétique a obtenu le label FSC l'année suivante et exporte jusqu'en Europe du Nord.

« La force de Precious Woods c’est que notre bois est à 100 % certifié », souligne le directeur Frédéric Ober. Cette entreprise suisse spécialisée dans les essences produites de manière durable est arrivée en 2007 au Gabon, où elle gère près de 600 000 hectares de forêt dans la région de Lastourville, à l’est du pays.

Elle obtient la certification FSC l’année suivante pour sa production composée à 85 % d’okoumé, principalement exportée vers la France mais aussi l’Espagne et l’Italie. Une partie de celle-ci arrive ensuite en Europe du Nord, où la certification FSC est obligatoire dans certains pays.

5,3 millions de dollars de résultat opérationnel en 2014

Ni le surcoût lié à la certification ni la crise sur le vieux continent n’ont impacté les activités de cette entreprise ayant choisi le Gabon pour sa première implantation en Afrique, indique Frédéric Ober, qui cumule 25 ans d’expérience sur le continent, en Cote d’Ivoire notamment.

La filiale a enregistré en 2014 un résultat opérationnel de 5,3 millions de dollars, soit un bond de pas moins de 165 % par rapport à 2013 (2 millions).

Precious Woods a connu des périodes moins fastes au Gabon. En 2012, elle enregistrait ainsi des pertes importantes de près de 8 millions de dollars. « L’industrie a été bousculée par la loi sur la transformation du bois sur place car les entreprises n’étaient pas prêtes. En règle générale, elles ont retrouvé des chiffres profitables à partir de 2013, l’ensemble du secteur se porte beaucoup mieux ».

Il faut désormais miser sur l’avenir. Precious Woods a annoncé un plan d’investissement cet été et participe à un programme de formation aux métiers du bois .