Fermer

La 3G à tout prix pour Tunisiana

Après une première offre rejetée, Tunisiana a offert 101 millions d'euros. © D.R.

L'opérateur tunisien Tunisiana a finalement obtenu une licence 3G après avoir augmenté son offre de 25 %.

Tawfik Jelassi tient son bâton de maréchal au sein de Tunisiana. Nommé il y a quinze mois président du conseil d’administration de l’opérateur, le doyen de l’ENPC MBA Paris avait fait de l’obtention des licences 3G et fixe sa priorité. Deux sésames décrochés, mais que l’on reconnaît, en interne, avoir surpayés.

Après une première offre à 80 millions d’euros (le gouvernement en attendait au moins 94 millions), l’opérateur, filiale à 75 % du qatari Qtel, a promis près de 101 millions d’euros (24,6 millions pour le fixe et 76,3 millions pour la 3G). Mais aussi la création de 2 000 emplois d’ici à cinq ans dans les régions les moins favorisées et 345 millions d’euros d’investissements sur trois ans.

Un leader sur son marché

Avec 6,8 millions de clients en mars 2012, Tunisiana détient 62 % de part de marché, contre 52 % en janvier 2011, loin devant Tunisie Télécom (26 %) et Orange (12 %). À terme, le leader aurait souffert d’être le seul opérateur exclu de la 3G. Inenvisageable pour Qtel.

Tunisiana affiche une rentabilité record, avec une marge Ebitda de 59 % au premier trimestre 2012, la plus élevée du groupe semi-public qatari. Tawfik Jelassi va désormais pouvoir plancher sur l’achat par Qtel des 25 % de Tunisiana confisqués à Sakhr el-Materi et qui devraient être cédés via un appel d’offres. L’État tunisien estime que les 460 millions d’euros payés par le gendre de Ben Ali fin 2010 ne reflètent pas la valeur des actifs. Une nouvelle fois, les Qataris devront mettre la main à la poche pour l’emporter.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici