Fermer

Babyloan met le cap sur Dakar

Babyloan rassemble de l'argent et le redirige vers des instituts de microfinance. © Glez

Déjà active au Bénin et au Togo, l'entreprise sociale Babyloan va bientôt oeuvrer au Sénégal. Sa recette : faire appel au grand public pour financer de petits entrepreneurs.

Après avoir instauré des partenariats au Bénin et au Togo, Babyloan s’apprête à se lancer au Sénégal. Créé en septembre 2008 grâce à l’alliance de Bred et de l’ONG Acted (des fondateurs rejoints depuis par d’autres banques et investisseurs privés), ce courtier en microcrédit permet à des internautes de parrainer, via un prêt, le projet d’un petit entrepreneur.
Présent dans douze pays, Babyloan a déjà permis de financer 9 400 projets, grâce à quelque 17 000 prêteurs et 3,4 millions d’euros investis. Au Bénin, 950 projets sont financés, contre 672 au Togo. L’essentiel des bénéficiaires travaille dans la transformation de matières premières, l’artisanat ou le petit commerce. C’est le cas, au Togo, d’Yebovi Dede, qui a ainsi pu envoyer ses cinq enfants à l’école et s’acheter des réfrigérateurs afin de conserver au frais les boissons qu’elle vend.

Fort impact

Babyloan rassemble de l’argent et le redirige vers des instituts de microfinance (IMF) partenaires. En sollicitant le grand public, « nous proposons des lignes de financement qui leur coûtent 2,5 % par an, contre 10 % si les IMF se tournent vers les bailleurs traditionnels », explique Anne-Charlotte Dupont Lhotelain, directrice du pôle microfinance chez Babyloan. « Ces prêts ont un fort impact sur les clients financés, souligne Françoise Tchibozo, directrice adjointe de l’IMF Finadev, au Bénin. On note l’évolution de leur vie sociale, notamment en ce qui concerne l’éducation des enfants et les économies réalisées pour étendre leurs activités. » Les prêts peuvent aller jusqu’à 1 500 euros, et chez Finadev le taux de remboursement atteint 90 %.

Prochaine étape : l’officialisation d’un partenariat au Sénégal avec U-Imcec, un IMF soutenant déjà 15 000 entrepreneurs, qui devrait intervenir d’ici à la fin mai. Une étape cruciale pour Babyloan : selon une étude commandée l’an dernier, « le Sénégal est le deuxième pays le plus demandé par les internautes », constate Anne-Charlotte Dupont Lhotelain. 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici