Togo : ouverture à Lomé des 44e assises de l’Union internationale de la presse francophone

Table d'honneur de la cérémonie d'ouverture des 44e assises de l'UPF à Lomé. © Salomon Wilson pour J.A.

Des journalistes venus des quatre coins de la planète et issus du monde francophone sont à Lomé pour les assises de l’Union Internationale de la presse francophone (UPF). Le thème de cette rencontre : "la place des femmes dans les médias francophones".

Ils sont près de 300 journalistes venus de 39 pays de l’espace francophone à avoir fait le déplacement dans la capitale togolaise pour les 44e assises de l’Union Internationale de la presse francophone (UPF). Après la rencontre de la « refondation » de l’organisation en 2014 à Dakar, les participants planchent à Lomé sur « la place des femmes dans les médias francophones ».

Un thème qui, selon le message de la Secrétaire-générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) lu par son représentant Tidiane Dioh, qui ne doit pas être une priorité parmi d’autres, mais « la priorité des priorités ». Les travaux de cette 44e rencontre doivent permettre l’élaboration de recommandations en vue d’une prise en compte « qualitative » et accessoirement quantitative des femmes dans les instances décisionnelles des organisations de presse.

« Épée de Damoclès »

Les assises de Lomé se tiennent dans un contexte de grande méfiance entre les médias et les autorités togolaises en raison d’un article du Code pénal adopté par l’Assemblée nationale début novembre, et jugé « liberticide » pour la presse. Cet article prévoit que « la publication, la diffusion ou la reproduction par quelque moyen que ce soit de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers lorsque, faite de mauvaise foi, elle trouble la paix publique ou est susceptible de la troubler, est punie d’une peine d’emprisonnement de 6 mois à 2 ans et d’une amende de 500 000 à 2 millions de F CFA (750 à 3 000 euros) ou de l’une de ces deux peines ».

Ainsi, le président de la section locale de L’UPF, Peter Dogbé a d’entrée invité le gouvernement à revoir sa copie face à une disposition qui constitue une « épée de Damoclès » planant sur la tête des journalistes togolais. Une inquiétude sur laquelle est revenue le Premier ministre Komi Sélom Klassou lors de son allocution. Pour lui, le Togo a fait le choix depuis 2004 d’abandonner les peines privatives de libertés dans le code de la presse. « Il n y’a et n’y aura jamais d’épée de Damoclès », a-t-il assuré. Les assises prennent fin samedi après trois jours de conférences, tables rondes et ateliers.