Attentat en Tunisie : l’explosion d’un bus de la garde présidentielle à Tunis fait au moins 12 morts

Par Jeune Afrique avec AFP

Un policier tunisien, le 20 mars 2015 à Tunis. © Christophe Ena/AP/SIPA

Un bus de la sécurité présidentielle a explosé mardi au centre-ville de Tunis, près de l'ancien siège du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), le parti de l'ex-président Ben Ali. Selon un bilan provisoire revu à la baisse, l'explosion a fait au moins 12 morts.

Un bus de la sécurité présidentielle a explosé, le 24 novembre, avenue Mohammed V, au cœur de la capitale tunisienne. Il s’agirait d’un « attentat », selon Moez Sinaoui, porte-parole de la présidence de la République.

« L’explosion d’un bus de la garde présidentielle avenue Mohammed V a fait des morts et des blessés parmi les agents », a indiqué quant à lui un responsable du ministère de l’Intérieur.

Au moins 12 morts 

Un premier bilan de la présidence faisait initialement état de 14 morts mais ce décompte a rapidement été revu à la baisse par les autorités tunisiennes. « Au moins 12 personnes sont mortes et 16 autres ont été blessées » dans cette explosion a dit à l’AFP un responsable du ministère de l’Intérieur. Une source proche de la présidence a confirmé à Jeune Afrique que « 12 personnes avaient été tuées » mais a pour sa part fait état de 17 blessés.

« La plupart des agents qui se trouvaient dans le bus sont morts », a déclaré une source de sécurité sur place. Mais pour l’instant, le ministère de l’Intérieur n’a pas encore précisé combien de personnes se trouvaient à bord du véhicule.

« C’est la République qui est visée »

Sur son compte Twitter, Firas Guefrech, conseiller du président Béji Caïd Essebsi, a décrit une « scène de guerre » : « C’est atroce », a-t-il déploré, soulignant que « c’est la République qui est visée » par cet « attentat grave » qui a ciblé « le bus transportant les agents de la présidence ».

L’explosion a eu lieu en plein centre de Tunis, devant l’ancien siège du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), non loin du ministère de la Défense, comme le signale ce tweet d’un journaliste sur place.

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici