BCP/Banque Atlantique : les détails du mariage

Banque Atlantique se cherchait depuis plusieurs années un partenaire de référence. © Nabil Zorkot/J.A.

Le groupe Atlantic Financial de l'homme d'affaires ivoirien Bernard Koné Dossongui a scellé les 7 et 8 juin un accord avec le groupe marocain Banque Populaire. Ce dernier injecte 100 millions d'euros dans un nouveau holding.

Mis à jour le 11/06/12 à 16h GMT. Bernard Koné Dossongui, le patron d’Atlantic Financial Group (AFG), le holding de la Banque Atlantique présent dans sept pays de l’UEMOA, avait promis au premier trimestre 2012 qu’il parviendrait à conclure un accord avec la Banque Centrale Populaire (BCP), au plus tard avant la fin du deuxième semestre.

Rachid Agoumi : « la BCP investit 100 millions d’euros »

Rachid Agoumi est directeur général adjoint de la Banque Centrale Populaire en charge de l’entreprise et de l’international.

Jeune Afrique : Pourquoi n’avez-vous pas opté pour une implantation en direct?
Rachid Agoumi :
Nous avons choisi de nous implanter à travers des réseaux existants et un partenariat avec des opérateurs locaux. C’est une démarche sage et raisonnable qui permet d’aller plus vite et de construire autour d’un business existant. Les effets de synergie avec la Banque Centrale Populaire peuvent être bénéfiques aux sept banques et seront source de création de valeur et ce pour le bien de tous.

Dans le montage financier d’Atlantic Bank International (ABI), quel sera votre apport financier ?
C’est une augmentation de capital dans le holding commun que nous créons avec AFG. C’est du 50/50. L’investissement de BCP est d’environ 100 millions d’euros. L’investissement se fera en fonction d’abord des besoins en fonds propres de chaque filiale et ensuite le reste sera investi en fonction des opportunités de développement qui s’offrent à nous dans chacun des pays. Pour l’instant ce qui est envisagé c’est le développement de l’activité des filiales bancaires dans les sept pays.

Pratiquement, comment cela va-t-il fonctionner ?
L’opération consiste en la création d’un holding dénommé Atlantic Bank International (ABI) à laquelle AFG apportera l’ensemble de ses participations, soit 7 banques de détail situées dans les 7 pays de la zone UEMOA, une banque d’affaires (Atlantic Finance) et une société de service informatique (Atlantic Technologies).  L’accord conclu, permet à la BCP d’assurer la gestion courante de la Holding commune et des filiales, dans la direction de leurs politiques opérationnelles et financières et dans la fixation des orientations stratégiques de gestion. Tout cela dans la limite permise par la réglementation applicable et des pouvoirs conférés aux instances de gouvernance de la holding commune et des filiales. Toutes les structures seront consolidées par voie d’intégration globale dans les comptes IFRS de la BCP.

Propos recueillis par Baudelaire Mieu, à Abidjan.

Comme annoncé sur JeuneAfrique.com, tout s’est dénoué le 7 juin à Abidjan dans l’après-midi. Une cérémonie très sobre s’est déroulée dans les locaux du ministère de l’Économie et des Finances pour parapher l’accord définitif. Déjà présente en Guinée, en Centrafrique et, avec son confrère marocain Attijariwafa Bank, en Mauritanie, la Banque Centrale Populaire (BCP) est l’organe central du groupe mutualiste Banque Populaire (Maroc), numéro deux dans le Royaume chérifien et dixième groupe bancaire africain.

Poursuivant sa politique d’internationalisation au sud du Sahara, BCP crée avec AFG un holding commun, Atlantic Bank International (ABI), dont l’objectif sera notamment de développer les sept filiales bancaires d’AFG.

Un mariage de raison qui permet au marocain de prendre le contrôle d’ABI. Et à Koné Dossongui de redresser la barre alors que son groupe bancaire connaissait des problèmes de fonds propres.

Du cash pour les fonds propres

« Nous assurerons la gestion stratégique, opérationnelle et financière d’ABI ainsi que le contrôle de la banque d’affaires Atlantic Finance et de la société d’ingénierie informatique Atlantic Technologies » a confié Rachid Agoumi, le directeur général adjoint de Banque Populaire. Cette dernière va apporter du cash pour renflouer en fonds propres les différentes filiales bancaires d’AFG.

Les discussions entre AFG et BCP ont démarré en fin d’année dernière lorsque la banque d’affaires Atlantic Finance est entrée en contact avec Upline Group, la banque d’affaires de BCP. Il a fallu un voyage de Koné Dossongui dans le royaume chérifien le 12 mars 2012 pour accélérer les négociations. Le mois suivant, les due diligences ont été effectuées et un pré accord a été paraphé au mois de mai à Casablanca. La prochaine étape du deal sera sans doute la validation de l’opération par les autorités monétaires marocaines et de l’UEMOA.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici