Le Franco-Tunisien Kaddour et l’Algérien Sansal reçoivent le grand prix du roman de l’Académie française

Par Jeune Afrique avec AFP

Hédi Kaddour et Boualem Sansal. © AFP

Les écrivains franco-tunisien Hédi Kaddour et algérien Boualem Sansal ont remporté jeudi, ex-aequo, le grand prix du roman de l'Académie française.

Le Maghreb est à l’honneur en cette fin de rentrée littéraire. L’Académie française a désigné ex-æquo l’écrivain franco-tunisien Hédi Kaddour et l’écrivain algérien Boualem Sansal pour le Grand Prix du roman de l’Académie française, premier grand prix littéraire de la saison. Les deux écrivains ont été choisis au quatrième tour par onze voix chacun, contre une voix à Agnès Desarthe.

Les nombreuses nominations pour ces deux romans démontrent à la fois la vitalité de la littérature du Maghreb et sa capacité à interroger l’histoire et les liens qui unissent les continents européen et africain.

Les Prépondérants de Hédi Kaddour plante son décor dans le Maghreb des protectorats pendant l’entre-deux guerre. S’y affrontent les « indigènes » et les colons français, persuadés de tenir éternellement leur position de domination. Mais les certitudes commencent à vaciller quand une équipe de tournage, venue de Hollywood pour tourner un film orientaux, fait souffler un vent de liberté sur la région.

Dans 2084, Boualem Sansal s’attaque au radicalisme religieux en revisitant le 1984 de George Orwell. Il y imagine un immense empire, l’Abistan, à la tête duquel règne sans partage le prophète Abi, « délégué » de Yölah (Dieu) sur terre.