Énergie : Google se positionne sur le projet éolien de Turkana au Kenya

Par Jeune Afrique

Le norvégien Vestas Wind fournit plus de 300 turbines éoliennes pour le site de Turkana au Kénya, l'un des actifs fusionnés par AFC et Harith. © DR

La société norvégienne Vestas Wind a annoncé avoir trouvé un accord avec le géant technologique américain Google pour la cession de sa participation dans le projet éolien du lac Turkana au Kenya.

Selon cet accord, Vestas devrait céder les 12,5 % qu’il détient dans le consortium Lake Turkana Wind Power (LTWP) en 2017, lors du démarrage effectif du parc éolien. Le montant de cette cession n’a pas été rendu public.

Vestas fournit les 365 turbines qui alimentent le site de Turkana, qui devrait disposer d’une capacité de 300 mégawatts pour une production électrique annuelle de 1 400 GWh.

Son coût est estimé à 620 millions d’euros, assuré par les membres du consortium LTWP, mené par le groupe britannique Aldwych International, avec le soutien de plusieurs agences d’aide au développement telles que le néerlandais FMO, le finlandais Finnfund, le danois IFU, l’américain OPIC, la Banque européenne d’investissement, le français Proparco et l’allemand DEG, ainsi que des institutions bancaires telles que la Banque africaine de développement, les sud-africains Standard Bank et Nedbank.

Renouvelable

Le projet de Turkana est le 22e investissement de Google dans l’énergie renouvelable et son deuxième dans ce secteur en Afrique. En 2013, le géant américain a annoncé un investissement de 12 millions de dollars dans Jasper Power Projet, un parc photovoltaïque de 96 mégawatts en Afrique du Sud.

Spécialiste de l’énergie éolienne, Vestas indique avoir livré plus de 55 000 turbines à travers 74 pays, pour une capacité cumulée de 70 Gigawatts.

L’an dernier, l’entreprise norvégienne a réalisé un chiffre d’affaires de 6,91 milliards d’euros, pour un bénéfice de 392 millions d’euros. En 2014, Vestas a installé plus de 160 mégawatts d’installations éoliennes sur le continent, principalement en Afrique du Sud.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici