RDC : Moïse Katumbi quitte le PPRD, parti au pouvoir

L'opposant Moïse Katumbi, homme d'affaires et président du club de football TP Mazembe, à l'hôtel Dorchester de Londres, le 5 mars 2013. © Kalpesh Lathigra/J.A.

Dans un communiqué rendu public mardi en fin de journée, Moïse Katumbi annonce quitter le parti du président Joseph Kabila, le PPRD, et démissionner du gouvernorat du Katanga. Il motive cette décision en dénonçant le fait que, selon lui, "tout est mis en oeuvre pour ne pas respecter la Constitution".

C’est un tremblement de terre sur la planète politique congolaise. Et un vrai signe de défiance envers le président Joseph Kabila. Le gouverneur du Katanga Moïse Katumbi a annoncé par un communiqué fracassant, mardi 29 septembre, quitter son poste (voué à disparaître en raison de la réforme territoriale en cours) mais aussi le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD, au pouvoir).

« Au moment où nous, peuple congolais, entrons dans la dernière ligne droite du dernier mandat constitutionnel du président de la République, explique-t-il, les faits indiquent que depuis maintenant un an, tous est mis en œuvre pour ne pas respecter la Constitution en entretenant retard, flou et illisibilité du cycle électoral et en élaborant une stratégie de glissement des dates des scrutins. »

« Après la tentative de changer l’article 220 pourtant verrouillé de notre Constitution, après l’échec des Concertations nationales, à l’ordre du jour figure maintenant un projet de loi portant sur les modalités d’organisation des référendums qui renforce encore la confusion », poursuit celui qui est aussi président du club de football TP Mazembe.

« Le pouvoir vient du peuple et uniquement de lui »

S’opposant « fermement à tout prétexte pour retarder les élections, l’homme d’affaires et politicien congolais va plus loin, fustigeant « l’absence d’État de droit », « le recul généralisé des libertés individuelles, la hausse du niveau d’intolérance politique dont la nation est victime ». Et d’énumérer les « arrestations arbitraires de militants pro-démocratie », les « interdictions de sortie de films », les « interdictions de toutes sortes », les « répressions policières de plus en plus violentes »…

« Le pouvoir vient du peuple et uniquement de lui », rappelle-t-il, citant « les manifestations de janvier 2015, au cours desquelles de jeunes compatriotes ont perdu la vie ». Autant de « dérives inacceptables » qui motivent dit-il, sa décision de « prendre ses distances avec le PPRD et d’en assumer toutes les conséquences ».

Enfin, Katumbi explique vouloir lancer un « appel à toutes les forces vives de la nation, société civile, partis politiques de la majorité comme de l’opposition » pour mettre « un terme au découragement, à la résignation et au fatalisme, en sauvegardant notre jeune démocratie ». Une déclaration qui ressemble fort à une candidature déguisée à la présidentielle de 2016, et qui a en tout cas aussitôt été saluée par Olivier Kamitatu, un des frondeurs de la Majorité présidentielle (groupe dit du G7), dont il a été exclu récemment pour avoir pris ses distances, lui aussi, avec la politique de Joseph Kabila. « Dans le cadre du grand rassemblement républicain que Moïse Katumbi appelle de tous ses vœux », dit-il à l’AFP, « la RDC aborde 2016 avec de sérieuses chances d’alternance maîtrisée et apaisée. »

Communiqué de presse et déclaration de Moïse Katumbi

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici