Soudan du Sud : Ban Ki-moon demande à Salva Kiir et à Riek Machar de ne pas le trahir

Par Jeune Afrique avec AFP

Soudan du Sud: l'armée gouvernementale s'empare de l'enclave rebelle de Leer © AFP

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a demandé mardi aux dirigeants sud-soudanais rivaux de ne pas trahir ni décevoir l'ONU après que le président Salva Kiir eut promis d'appliquer un accord de paix.

« Nous sommes ici pour vous aider, j’espère que vous n’allez pas nous trahir ni nous décevoir, je compte sincèrement sur vous », a plaidé Ban Ki-moon au cours d’une réunion à New York sur la guerre civile au Soudan du Sud.

L’accord de paix du 29 août au Soudan du Sud est censé mettre fin à 21 mois de combats acharnés, accompagnés d’atrocités, entre les partisans de M. Kiir et de son rival Riek Machar mais il a déjà été violé à plusieurs reprises. Sept autres accords de cessez-le-feu précédents sont aussi restés lettre morte.

« Je m’engage à appliquer pleinement et rapidement l’accord et j’ai la responsabilité morale et constitutionnelle de rétablir la paix et le développement pour mon peuple », a promis Salva Kiir par vidéo-conférence.

Une catastrophe humanitaire

Ban Ki-moon a salué cet engagement fort. »Nous sommes tous avec vous, M. le président, et mes vœux vous accompagnent », a-t-il dit.

Le Soudan du Sud a proclamé son indépendance en juillet 2011, grâce à la partition du Soudan, sous les auspices des États-Unis. La plus jeune nation du monde a replongé deux ans et demi plus tard dans la guerre en raison de dissensions politico-ethniques, alimentées par la rivalité entre Salva Kiir et Riek Machar.

Les combats et les massacres ont fait plus de 2,2 millions de personnes déplacées et plongé le pays dans une catastrophe humanitaire.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici