Yom Kippour et Aïd al-Adha : Mahmoud Abbas évoque des risques d’Intifada

Par Jeune Afrique avec AFP

Policiers israéliens au moment d'affrontements à Jérusalem, 15 septembre 2015. © AP/SIPA

Alors que les troubles se poursuivent sur l'Esplanade des Mosquées à Jérusalem, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a mis en garde mardi contre des risques d'Intifada. L'approche de Yom Kippour et de l'Aïd al-Adha pourrait accroître les tensions.

Si la situation était calme mardi 22 septembre au matin sur l’Esplanade des mosquées à Jérusalem, les autorités sont sur le qui-vive. L’approche des grandes fêtes juive et musulmane leur font redouter de nouvelles tensions, après les violents troubles aux alentours de ce lieu sacré de l’islam et du judaïsme.

Israël a annoncé le déploiement de milliers de policiers dans la perspective d’un afflux de fidèles juifs et musulmans pour leurs fêtes respectives de Yom Kippour de mardi soir à mercredi soir et de l’Aïd al-Adha, à partir de mercredi soir.

À Hébron et dans ses environs, en Cisjordanie occupée, l’animosité était  palpable. Un Palestinien de 21 ans est mort dans la nuit en manipulant un engin explosif qu’il comptait lancer sur un véhicule de soldats israéliens dans le village de Doura, ont indiqué l’armée et des habitants. Les forces de sécurité palestiniennes ont toutefois indiqué que le jeune homme avait été tué par des tirs israéliens.

Risque d’une Intifada selon Mahmoud Abbas

« Ce qui se passe est extrêmement dangereux », a déclaré à Paris Mahmoud Abbas, exhortant le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à stopper les troubles. « Sinon, la seule alternative sera le chaos, et une Intifada que nous ne voulons pas », a mis en garde le président palestinien, à l’issue d’une rencontre avec le président français, François Hollande. « Les négociations sont la seule voie pour parvenir à la paix, nos mains sont toujours tendues », a insisté Mahmoud Abbas, très isolé sur le front palestinien et à la recherche de soutiens internationaux.

Depuis une semaine, de violents heurts opposent Palestiniens et Israéliens sur l’Esplanade des Mosquées. Les Palestiniens s’inquiètent notamment d’un nombre croissant de visiteurs juifs sur ce lieu et des revendications de souveraineté de certains responsables israéliens.

La mosquée Al-Aqsa « assiégée »

« Une situation très dangereuse se met en place sur la mosquée Al-Aqsa, que les Israéliens assiègent tous les jours », a poursuivi le président de l’Autorité palestinienne. »La Palestine s’inquiète de cette situation très tendue. Je parle de la poursuite des actes de colonisation menés par Israël, et des actions terroristes qui voient des colons juifs tuer de jeunes palestiniens sur une base presque quotidienne », a plus tard ajouté Mahmoud Abbas, arrivé en fin de journée à Moscou pour rencontrer Vladimir Poutine.

De son côté, le président français François Hollande a appelé à l’apaisement. « J’ai exprimé au président de l’Autorité palestinienne notre attachement à ce que rien ne soit remis en cause sur l’Esplanade des Mosquées », a-t-il ajouté, mentionnant le statu quo de 1967 qui régit les modalités d’accès à ce site. Ce statu quo autorise notamment les musulmans à monter à toute heure du jour et de la nuit sur l’esplanade, et les juifs à y pénétrer à certaines heures mais sans y prier.