Fermer

Togo : des pirates s’emparent d’un pétrolier grec

Par Jeune Afrique

Un pirate dans le golfe de Guinée. 32 attaques ont été signalées au large des côtes du Bénin, du Nigeria et du Togo au premier semestre 2012. © AFP

Des pirates ont pris le contrôle d'un pétrolier grec mardi 28 août dans le golfe de Guinée, au large du Togo, a annoncé le Bureau maritime international (BMI).

Le golfe de Guinée soigne sa réputation de nouveau point chaud de la piraterie. Selon le BMI, un pétrolier grec battant pavillon de l’île de Man, avec à son bord 24 membres d’équipage, a été abordé à environ 30 kilomètres au large de Lomé, la capitale du Togo. C’est le second incident de ce type en moins de deux semaines dans le golfe de Guinée où les actes de piraterie ont connu une nette recrudescence au cours du premier semestre. Déjà, la semaine dernière, une prise d’otage avait eu lieu au large de Conakry, en Guinée.

32 attaques au premier semestre

Selon un rapport du BMI publié en juillet, 32 attaques ont été signalées au large des côtes du Bénin, du Nigeria et du Togo entre janvier et juin, contre 25 en 2011. La plupart des raids impliquent un niveau élevé de violence, avec des dizaines de prises d’otages, précise le rapport. Après la Corne de l’Afrique, les côtes ouest-africaines sont désormais identifiées comme un nouveau point chaud de la piraterie, où les tankers chargés de brut sont tout particulièrement visés. Les pirates volent le brut pour l’écouler sur le très lucratif marché noir régional

Le Nigeria et le Bénin ont mis sur pied l’année dernière des patrouilles conjointes pour tenter de mettre fin à ces attaques.

(Avec AFP)

 

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro