Madagascar : la peste fait son retour dans le centre du pays

Par Jeune Afrique avec AFP

Des femmes nettoient le linge dans une rivière à Antananarivo, en octobre 2013. © Schalk van Zuydam/AP/SIPA

La peste pulmonaire fait régulièrement son retour sur la Grande Île. Ces deux derniers jours, la maladie a tué huit personnes dans le centre du pays.

Quatre personnes ont succombé dans le village d’Antsahatsihanarina, où le dernier cas datait de 2002, selon l’institut Pasteur de Madagascar. Quatre autres sont décédées à l’hôpital de la ville la plus proche, Moramanga.

« On a recensé douze cas de peste pulmonaire dont huit décédés en deux jours », a précisé Maherisoa Ratsitorahina, le directeur de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique au ministère de la Santé. « En matière de peste, un cas égale épidémie. On peut donc parler d’une épidémie, mais la situation est déjà sous contrôle », a-t-il ajouté.

Madagascar, pays le plus touché au monde par la peste 

La peste, propagée par les rats, est endémique sur la Grande Île, et réapparaît presque chaque année depuis 1980. À cause notamment de la déforestation incontrôlée, les rongeurs sont poussés vers les habitations. La bactérie de la peste est véhiculée par les puces.

Ces trois dernières années, le nombre de cas a continuellement augmenté, faisant de Madagascar le pays le plus touché par cette maladie avec 263 cas et au moins 71 morts de septembre à février 2014.

Elle se développe chez l’homme sous forme bubonique. Si la bactérie atteint les poumons, elle provoque une pneumonie et devient transmissible par la toux. Décelée à temps, la forme bubonique se soigne avec des antibiotiques. Sa forme pneumonique peut en revanche être fatale en seulement 24 à 72 heures.