Fermer

Le Maroc et l’Espagne démantèlent un réseau de recruteurs de l’État islamique

Par Jeune Afrique avec AFP

Un drapeau de l'Etat islamique à Rashad en Irak. © Jm Lopez/AFP

Dans une opération conjointe, le Maroc et l'Espagne ont arrêté 14 recruteurs présumés pour le compte de l'État Islamique ce mardi. Leur tête pensante serait un résident espagnol d'origine marocaine.

Un coup de filet opéré par les services marocains et espagnols, mardi 25 août, a abouti à l’arrestation de 14 personnes appartenant à un réseau de recrutement de combattants étrangers pour Daesh, opérant en Syrie et en Irak.

Selon une source sécuritaire marocaine, 13 personnes, tous des hommes, ont été interpellées au Maroc et une en Espagne. «Nous en avons arrêtés 6 à Fès, 6 à Nador et une à Casablanca », précise cette source. Dans la région de San Martin de La Vega près de Madrid, les Espagnols ont pu, de leur côté, mettre la main sur Abdeladim Achriae, un Marocain donné pour être la tête pensante du réseau.

L’opération, qui se poursuit toujours, a été menée par le commissariat général d’information de la police nationale espagnole et la Direction générale de la Sécurité du territoire marocaine (DGST) dans le cadre de la coopération sécuritaire qui lie les deux pays.

Le journal espagnol El Pais ajoute pour sa part que le cerveau du réseau arrêté à San Martin de La Vega, louait une maison dans la même commune. L’homme de 30 ans était en situation régulière puisqu’il possédait une carte de séjour délivrée par les autorités madrilènes. Toujours selon El Pais, il recrutait via Internet des combattants étrangers pour Daesh.

Le Maroc, qui se considère comme une cible potentielle de l’organisation d’El Baghdadi, a annoncé le 27 juillet que près de 286 marocains, sur les 1350 qui ont rejoint Daesh ces deux dernières années, ont perdu la vie.