Guinée-Bissau : le bras de fer Vaz-Pereira se poursuit dans la rue

Par Jeune Afrique avec AFP

Domingos Simoes Pereira, ancien Premier ministre de la Guinée-Bissau, livre un discours devant les Nations Unies, septembre 2014. © Seth Wenig/AP/SIPA

Les partisans du Premier ministre destitué et une coalition de syndicats ont appelé à une série de manifestations dès lundi pour obtenir la reconduction de Domingos Simoes Pereira à son poste de chef du gouvernement.

Pour obtenir la reconduction de Domingos Simoes Pereira à la tête du gouvernement, ses partisans, vêtus de T-shirts à son effigie et munis de mégaphones, ont parcouru dimanche les rues de Bissau à bord de camions podiums, appelant « les militants et sympathisants à une marche lundi à partir de 14h00, à « sortir massivement, dans l’ordre et la discipline », avec comme lieu d’arrivée le Palais présidentiel.

Désobéissance civile

La campagne lancée dès le début de semaine est destinée à « paralyser l’administration » jusqu’à ce que Domingos Simoes Pereira soit reconduit à son poste, a expliqué Filomeno Cabral, président d’une intersyndicale regroupant une trentaine d’associations professionnelles du public et du privé. « Nous allons commencer une campagne de désobéissance dès lundi, en refusant d’aller au travail, jusqu’à ce que le président revienne à de meilleurs sentiments », ajoute-t-il

De son côté, la présidence qui n’a pas clairement réagi aux appels à manifester, a invité les fonctionnaires « à se présenter à leur lieu de travail lundi. « Malgré la dissolution du gouvernement, le travail se poursuit dans l’administration publique », lit-on sur le communiqué.

Discussions en interne

Le président José Mario Vaz a destitué le gouvernement de Domingos Simoes Pereira par décret le 12 août en invoquant une « crise de confiance au sommet de l’État » nuisant au « bon fonctionnement des institutions », alors que selon l’entourage des deux hommes, le président et le chef du gouvernement  ne s’entendaient pas depuis plusieurs mois sur la manière de diriger le pays. Le Premier ministre a contesté sa mise à l’écart en rappelant que, d’après la Constitution, le poste de Premier ministre revient au chef du parti vainqueur des législatives.

Les deux hommes appartiennent à la même formation, le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC) majoritaire à l’Assemblée nationale et présidé par Domingos Simoes Pereira. Vendredi 14 août, le PAIGC a formellement proposé au président José Mario Vaz de reconduire son ancien Premier ministre. Alors que les discussions en interne se poursuivent, le chef de l’État n’a pas encore répondu à leurs sollicitations. « Nous attendons toujours la réponse du président » à cette proposition, a affirmé un membre du bureau politique du PAIGC, dimanche soir.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici