Guinée-Bissau : le Premier ministre limogé reproposé à son poste par le parti au pouvoir

Par AFP

José Mario Vaz et Domingos Simoes Pereira en mars 2014 après que le dépôt de candidature à la présidentielle de Jomav. © Sylvain Cherkaoui pour J.A.

La formation au pouvoir en Guinée-Bissau, le PAIGC, a reproposé au chef de l’État José Mario Vaz le nom de Domingos Simoes Pereira comme Premier ministre, trois jours après son limogeage, a annoncé samedi à l'AFP la deuxième vice-présidente du PAIGC.

« 
Nous avons remis vendredi la proposition de notre parti concernant le futur Premier ministre. C’est le nom du président du parti, Domingos Simoes Pereira », a déclaré cette responsable politique, Adja Satu Camara. 

 »Nous attendons la réponse du président à ce sujet. S’il le rejette, nous allons le reconduire jusqu’à l’épuisement de la procédure », a précisé Mme Camara.

Aucune indication de délai n’était disponible concernant cette réponse. Jusqu’à samedi après-midi, le président Vaz ne s’était pas publiquement exprimé sur cette nouvelle proposition. Son entourage, sollicité par l’AFP, a refusé de faire des commentaires. 

Élu en mai 2014, José Mario Vaz avait en juin nommé au poste de Premier ministre Simoes Domingos Pereira, qui avait formé son gouvernement début juillet 2014.

Les deux hommes sont membres du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), formation qui a dirigé la lutte pour l’indépendance obtenue en 1974 par cette ex-colonie portugaise. C’est M. Pereira qui dirige le PAIGC, majoritaire à l’Assemblée nationale issue des législatives de 2014 (avec 57 députés sur 102).

Dans un décret pris tard mercredi soir, le président Vaz a dissous le gouvernement de M. Pereira, arguant d’une crise de confiance au sommet de l’État nuisant au bon fonctionnement des institutions. 

Dès jeudi, lors d’une conférence de presse, M. Pereira avait contesté la décision du président Vaz, en se fondant sur la Constitution selon laquelle le poste de Premier ministre revient au chef du parti vainqueur des législatives.

Le PAIGC également avait indiqué qu’il allait demander la reconduction de M. Pereira à la tête du gouvernement, tout en multipliant les discussions en interne.
 Samedi après-midi, ses responsables étaient encore réunis à huis clos pour, d’après une source proche du secrétariat permanent du PAIGC, réfléchir à des alternatives en cas de rejet de sa proposition.

Vendredi, le président Vaz a consulté les chefs de plusieurs partis politiques – y compris M. Pereira – qui ont indiqué se conformer à la Constitution.

 Selon le constitutionnaliste bissau-guinéen Ivaristo Vieira, « si le président Vaz rejette le nom de Domingos Simoes Pereira proposé par le PAIGC, s’ouvre alors une impasse » pour le pays.

« La solution de ce fait passe par le retour du pouvoir au peuple. L’Assemblée sera donc dissoute et le président doit organiser des législatives dans les 90 jours comme stipulé dans la Constitution », a ajouté M. Vieira auprès de l’AFP.