COP 21 : Ségolène Royal à la rencontre de l’Afrique anglophone

Par Jeune Afrique

Ségolène Royal au Sénégal en 2009. © AFP

En plein cœur du mois d’août, la ministre française de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Ségolène Royal, met le paquet pour assurer la promotion de la COP21, la méga-conférence internationale sur le climat, qui aura lieu à Paris du 30 novembre au 11 décembre.

Ségolène Royal voyage du 2 au 15 août dans quatre pays d’Afrique anglophone, dont la double caractéristique est d’être en pointe sur les questions environnementales et habituellement délaissés par les visites de responsables français sur le continent : Namibie, Zambie, Botswana et Ghana. La Tanzanie était initialement au programme, mais le président Kikwete séjournant en ce moment à Dodoma (où l’avion de la ministre ne peut pas se poser), l’entretien a eu lieu par téléphone.

La numéro deux du gouvernement de Manuel Valls consacre deux à trois jours par étape et apporte à chacun des chefs d’états rencontrés une lettre d’invitation signée François Hollande à venir assister à la COP 21.

Bon à savoir : Ségolène Royal s’exprime directement en anglais avec ses interlocuteurs, « à part quelques mots techniques, elle n’a pas besoin d’interprète » assure-t-on dans son entourage. Quatre conseillers l’accompagnent dans ce périple, dont Thomas Melonio, l’adjoint d’Hélène Le Gal à l’Élysée.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique