Fermer

Nairobi pourrait accroître sa participation dans Kenya Airways

Par Jeune Afrique

« Fierté de l'Afrique » selon son slogan, Kenya Airways a perdu de sa superbe. © Boeing.com

Dans le cadre du plan de sauvetage de Kenya Airways, estimé à 600 millions de dollars, la part du capital détenue par l'État pourrait être augmentée.

La compagnie aérienne Kenya Airways doit être renflouée de près 600 millions de dollars, après avoir enregistré une perte record de 25,74 milliards de shillings (248,54 millions de dollars) au titre de l’exercice 2014/2015, clos en mars dernier.

Dans une interview accordée à la chaîne Citizen TV le 05 août, Henry Rotich, le secrétaire kényan au Trésor, a indiqué que dans le cadre du plan de sauvetage de la compagnie aérienne, la répartition du capital de Kenya Airways pourrait être revue, rapporte l’agence américaine Bloomberg.

Recapitalisation

Le plan de relance de 600 millions de dollars devrait consister en une recapitalisation et de la dette. La part exacte accordée à chacun de ces canaux dépendra du programme de développement que devrait bientôt présenter la direction de Kenya Airways, a indiqué Henry Rotich, rapporte Bloomberg.

L’État kényan, premier actionnaire de l’opérateur aérien (29,79 %) aux côtés du groupe franco-hollandais Air France-KLM (26,73 %), pourrait accroître sa participation si celle de son partenaire européen était diluée lors de la recapitalisation du transporteur, a indiqué Henry Rotich.

Les autorités kényanes s’étaient déjà engagées, en mai dernier, à apporter 4,2 milliards de shillings à Kenya Airways. Par ailleurs, la compagnie aérienne a engagé la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) pour l’aider à lever 200 millions de dollars. L’opérateur compte également récolter 100 millions de dollars à travers la cession de titres fonciers et de plusieurs appareils de sa flotte.

Difficultés

En 2014/2015, Kenya Airways a transporté 4,2 millions de passagers (+13,5 %), pour un chiffre d’affaires de 110,16 milliards de shillings (+3,91 %). La compagnie a enregistré toutefois une forte hausse du coût de propriété de sa flotte [fleet ownership cost] et des pertes dans son programme de couverture des coûts du carburant.

Kenya Airways a investi lourdement dans le renouvellement de sa flotte, avec l’acquisition de 5 Boeing 787 Dreamliners, 2 Boeing 777-300 et 3 Boeing 737-800 NG.

Ces investissements ont toutefois coïncidé avec une dégradation de l’environnement des affaires en raison des attaques terroristes dans la région et des retombées de l’épidémie d’Ebola sur le secteur aérien africain, qui ont impacté négativement les résultats de Kenya Airways.