Fermer

Recensement : portrait de la Côte d’Ivoire en infographies

Capture d'écran/J.A © Aujourd'hui, un Ivoirien sur deux vit en ville.

Les résultats du quatrième recensement général mené en 2014 ont été dévoilés par le gouvernement de la Côte d’Ivoire au cours des derniers jours. Des chiffres qui dressent un portrait de la société ivoirienne, à trois mois de la présidentielle.

On compte 22 671 331 habitants en Côte d’Ivoire, un chiffre multiplié par 3,4 depuis le premier recensement de 1975. Ce boom de la population en 40 ans a de quoi changer le visage du pays.

Pour la première fois depuis 16 ans, Alassane Ouattara a lancé un recensement controversé l’an dernier. Le recensement est « une obligation pour tout État moderne » et devrait se tenir plus fréquemment, tous les 5 ou 8 ans, avait affirmé le président ivoirien. Cette opération a été dénoncée par l’opposition politique. À un an de la présidentielle, le Front populaire ivoirien (FPI), parti de Laurent Gbagbo, avait jugé « inopportun » ce recensement. La question de la nationalité est un sujet délicat en Côte d’Ivoire et s’est retrouvée au coeur de la crise après la présidentielle de 2010.

Une personne sur quatre vivant en Côte d’Ivoire ne possède pas la nationalité ivoirienne

Le pays compte 5 490 222 personnes qui ne possèdent pas la nationalité ivoirienne, soit le quart de la population, selon les chiffres officiels du recensement. Cette proportion reste stable, variant entre 22 et 28 % depuis 1975.

 

Répartition de la population par nationalité

La population de nationalité ivoirienne est majoritairement chrétienne et trois étrangers sur quatre sont des hommes musulmans qui vivent, pour la plupart, en milieu rural. Au final, l’islam est la religion la plus pratiquée dans le pays.

Répartition des religions en Côte d’Ivoire

Un Ivoirien sur deux vit en ville

Aujourd’hui, la moitié des Ivoiriens vit en zone urbaine (50,2 %) et parmi eux, 4 sur 10 sont installés à Abidjan. En raison de la répartition inégale des habitants sur le territoire, la capitale abrite plus de 20 % de la population totale. Les Ivoiriens ont déserté la campagne au profit de la grande ville : le taux d’urbanisation est passé de 32 % en 1975 à 50 %, 40 ans plus tard.

 

En ville ou en campagne ?

107 hommes pour 100 femmes

En Côte d’Ivoire, les hommes dominent largement en nombre. Au total, il y a 107 hommes pour 100 femmes, une situation qui varie beaucoup d’une région à l’autre.

Bien que la population ait plus que triplé en 40 ans, son taux d’accroissement a chuté de moitié : il est passé de 4,4 % avant 1975 à 2,6 % entre 1998 et 2014.

 

Taux d’accroissement de la population

Une population jeune

La population ivoirienne demeure encore très jeune : plus de trois personnes sur quatre ont moins de 35 ans. La situation n’a que très peu évolué depuis le dernier recensement en 1998.

Quelque 30 000 agents ont sillonné le pays pour recueillir ces données. Quatre recensements se sont déroulés dans l’histoire récente de la Côte d’Ivoire : en 1975, 1988, 1998 et 2014. Un recensement qui devait avoir lieu en 2008 a été annulé en raison des tensions qui régnaient dans le pays.

 

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro