Ebola : l’épidémie est toujours « loin d’être sous contrôle », s’alarme MSF

Par Jeune Afrique avec AFP

Travailleurs de la santé soignant des malades atteints du virus Ebola au Liberia, juin 2015. © Abbas Dulleh/AP/SIPA

Médecins sans frontières (MSF) appelle la communauté internationale à rester vigilante et à "redoubler d'efforts" pour lutter contre l'épidémie d'Ebola.

L’épidémie due au virus Ebola en Afrique de l’Ouest est « loin d’être sous contrôle » et la communauté internationale doit « redoubler d’efforts », a affirmé mercredi 5 août Joanne Liu, la présidente internationale de Médecins Sans Frontières (MSF).

« Sur les trois derniers mois, le nombre de cas, environ 330, est supérieur à celui de la troisième plus grande épidémie d’Ebola de l’histoire », avertit la présidente de l’ONG sur une tribune publiée par la revue scientifique britannique Nature.

Alors que le Liberia a été déclaré débarrassé du virus en mai, six cas ont été rapportés fin juin, tandis que de 20 à 27 cas par semaine ont été confirmés en Guinée et Sierra Leone entre la mi-juin et la mi-juillet, note la responsable. « Aujourd’hui, tous les ingrédients qui ont permis le désastre de l’année passée sont toujours là : la saison des pluies, une réponse non-coordonnée, la peur et la méfiance », ajoute le Dr Joanne Liu.

Mission de l’ONU dissoute

La présidente de MSF demande à la communauté internationale de redoubler d’efforts pour « mettre en pratique tout ce que nous avons appris pour en finir avec cette épidémie ». Elle demande à ce que les agences de l’ONU et les ONG étrangères ne quittent pas l’Afrique de l’Ouest, alors que le secrétaire général de l’ONU a déjà dissous  la semaine dernière la Mission de l’ONU pour l’action d’urgence contre l’Ebola en raison des progrès constatés, laissant à l’OMS la supervision complète de l’épidémie.

L’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest qui a touché la région est la plus grave depuis l’identification du virus en Afrique centrale en 1976. Partie fin 2013 du sud de la Guinée, elle a fait 11 279 morts pour 27 748 cas principalement en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia (à 99%), un bilan sous-évalué d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Actuellement, plusieurs vaccins contre le virus font l’objet d’études cliniques et un premier vaccin expérimental  s’est révélé à 100% efficace lors d’un essai sur le terrain en Guinée.

Selon un bilan de l’OMS daté du 15 juillet, 30 nouveaux cas ont été confirmés au cours de la semaine précédant le 12 juillet : 13 en Guinée, 3 au Liberia et 14 en Sierra Leone.