Les sons de la semaine #43 : Holy Forest, Tumi, Phénomène Bizness, Public Enemy

Holy Forest. © Capture d'écran YouTube.

Bienvenue dans notre tour d'horizon musical hebdomadaire !

« Africa calling », Holy Forest (États-Unis-Gambie)

Le documentariste et écrivain américain Jon fine a sillonné la Gambie et de nombreuses villes américaines pour enregistrer son projet musical intitulé Holy Forest. Dans le premier single, « Africa calling », quand la voix du crooner soul Ed “Preachermann” Holley et la section cuivre de l’Antibalas Afrobeat Orchestra viennent rencontrer le jeu virtuose de kora du gambien Tata Din Din Jobarteh, immédiatement la rencontre entre Harlem et Banjul s’impose comme une évidence musicale. Ce single efficace est accompagné d’un clip, mêlant animation et scène de vie quotidienne, tourné sur les deux continents.

« Visa », Tumi (Afrique du Sud)

Le MC sud-africain nous a gratifié d’un retour surprise le mois dernier avec la sortie de Return of the king. Le rappeur avait alors expliqué qu’il s’était attaché, dans ses textes, à décrire de vraies histoire sud-africaines. Et comme la vérité a ponctuellement le pouvoir de blesser, son premier clip, In defense of My Art, avait suscité la polémique : dénonçant la mysoginye de l’Afrique du Sud d’aujourd’hui, il s’est mis en scène sur un trône, tenant deux femmes en laisse par les cheveux.
Le second clip qu’il vient de partager, Visa, est cette fois-ci dans un registre comique. On y voit Tumi demander la permission, le « visa », à sa femme pour sortir avec ses potes faire la tournée des bars… Aura-t-elle raison de lui accorder ? Il faut aller au bout pour le savoir.

« Les nuits parisiennes », Phénomène Bizness (Paris)

Qui a dit que le rap français était mort ? Gravitant dans la galaxie de Nekfeu et de ses potes de L’Entourage – c’est par le compte Facebook de Nekfeu que beaucoup auront certainement découvert le groupe – John Hash & Saïga incarnent eux aussi la belle vitalité du hip hop français. Loin de s’engouffrer avec la masse dans la Trap, Phénomène Bizness s’inscrit dans une voie plus classique, celle du rap typiquement français (une belle prod signée encore une fois par Hologram’Lo), qui n’est pas sans rappeler celle qu’empruntaient les Sages poètes de la grande époque. Hommage à la ville lumière, « Les nuits parisiennes » est peut-être l’un des meilleurs titres consacrés à la capitale depuis fort longtemps.

« Man Plans God Laughs », Public Enemy (États-Unis)

Les légendes du rap US font un retour surprise avec Man Plans God Laughs, leur quinzième album. Rien que ça ! Que dire de plus, si ce n’est qu’ils sont toujours en très grande forme, comme en témoigne ce premier single très réussi.