Bébés volés : le tribunal correctionnel jugé compétent au Niger

Par Jeune Afrique

Au Niger, le tribunal a été jugé compétent par la Cour d'appel dans l'affaire des bébés volés. © Schalk Van Zuydam/AP/SIPA

Une Cour d'appel de Niamey a estimé que le tribunal correctionnel était compétant pour instruire l'affaire de trafic de bébés au Niger, impliquant Hama Amadou, ex-président du Parlement et principal opposant du président Issoufou.

En janvier dernier, le tribunal correctionnel de Niamey avait décidé d’abandonner les poursuites à l’encontre des personnes accusées d’avoir participé à un trafic international de bébés entre le Niger et le Nigéria et le Bénin, se déclarant incompétent. Mais la donne pourrait bien changer. Le tribunal a finalement été jugé compétent, mardi 14 juillet, par une Cour d’appel de Niamey, rapporte l’agence de presse Reuters.

Au total, plus de 30 personnes sont impliquées dans le scandale de trafic de nourrissons qui éclabousse toute l’Afrique de l’Ouest, dont Hama Amadou et sa femme qui pourraient faire face à des peines de lourdes prison s’ils sont jugés coupables. Au moins 17 d’entre elles avaient été accusées en juin 2014 de « supposition d’enfant« , un délit qui consiste à attribuer la maternité d’un enfant à une femme qui n’en a pas accouché.

Hama Amadou en France 

Inquiété par cette affaire, Hama Amadou s’était réfugié en France en août 2014 en clamant son innocence. Ancien allié politique du président Mahamadou Issoufou, il est aujourd’hui un de ses adversaires potentiels à la présidentielle de 2016. L’opposition au Niger y voit d’ailleurs une affaire politique.

La Cour d’appel a également rejeté la demande d’annulation du mandat d’arrêt émis contre Hama Amadou. Les accusés ont désormais cinq jours pour faire appel de cette décision.