Cyclisme : l’équipe africaine MTN-Qhubeka victime de racisme sur le Tour d’Autriche

Par Jeune Afrique

Daniel Teklehaimanot lors d'une échappée pendant la deuxième étape du Critérium du Dauphiné, le 8 juin. © Eric Feferberg/AFP

L'un des coureurs biélorusse du Tour d'Autriche a tenu des propos racistes à l'encontre de l'Érythréen Natnael Berhane.

Pour la première fois de son histoire, un coureur africain s’est élancé sur le Tour de France avec le maillot à pois. L’Érythréen Daniel Teklehaimanot a en effet dominé, jeudi 9 juillet, le classement de la montagne. Une victoire pour son équipe, MTN-Qhubeka, première équipe africaine à disputer la grande boucle.

Mais tout n’est pas rose sur la route des cyclistes de l’équipe africaine. Selon Douglas Ryder, directeur sportif de MTN-Qhubeka, l’un des ses coureurs a été victime de racisme mercredi 8 juillet sur le Tour d’Autriche, a-t-il fait savoir au quotidien britannique The Guardian.

Branislau Samoilau, coureur biélorusse de l’équipe CCC Sprandi Polkowice, aurait lancé à l’Érythréen Natnael Berhane « casse-toi sale nègre », a précisé Douglas Ryder, qui en a averti l’Union cycliste internationale.

Des sanctions promises 

Les faits ont été implicitement reconnus par l’équipe adverse, qui a promis des sanctions contre le cycliste biélorusse. Selon The Guardian, Branislau Samoilau se serait engagé à donner un mois de salaire à l’ONG Qhubeka.

Si Douglas Ryder assure que ces déclarations racistes sont minoritaires dans le milieu du cyclisme, ce n’est pas la première fois que MTN-Qhubeka y fait face. « L’an dernier, pendant le Tour d’Espagne, alors que nous menions l’un de nos coureurs au devant du peloton dans la montagne, l’une des plus grosses équipes au monde nous a dit « vous n’avez pas votre place ici, allez vous faire foutre et retournez à l’arrière du peloton » », a raconté Douglas Ryder au Guardian.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici