Fermer

Youssou Ndour : « Le tourisme sénégalais n’est pas compétitif »

Par Jeune Afrique

Youssou Ndour, ministre sénégalais du Tourisme. © AFP

Jugeant que le tourisme sénégalais n'est pas suffisamment compétitif, le ministre du Tourisme et des Loisirs Youssou Ndour a déclaré vouloir ouvrir le ciel aux compagnies aériennes étrangères. Il souhaite également donner un concert en Casamance pour lancer une campagne de promotion du pays.

Dans une interview accordée au quotidien DakarActu, Youssou Ndour, ministre sénégalais du Tourisme et des Loisirs, a déclaré que le tourisme sénégalais n’était pas compétitif, accusant notamment le transporteur national Sénégal Airlines de n’être pas assez performant. Selon le ministre, la compagnie serait « trop chère » et ne « ferait pas le poids » face à ses concurrents. Il a ainsi plaidé pour l’ouverture de la destination Sénégal à des compagnies aériennes étrangères, qui « viendront pour desservir le Nord et le Sud » du pays. Depuis sa création, il y a environ trois ans, Sénégal Airlines détient le monopole sur le ciel national, mais survit difficilement malgré cet avantage. La fin de ce monopole fait partie des demandes récurrentes des professionnels du tourisme.

Concert promotionnel

D’après l’Agence de presse sénégalaise (APS), à l’occasion du lancement de la saison touristique à Ziguinchor et au Cap-Skirring, le chanteur a également décidé de donner un concert pour promouvoir le pays. Rentré dans le gouvernement Macky Sall en tant que ministre de la Culture et du Tourisme en avril dernier, Youssou Ndour avait arrêté toute activité artistique depuis. Le concert, qui devrait être organisé à Ziguinchor, sera également l’occasion de plaider pour la paix en Casamance, où l’armée et les combattants du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) s’affrontent depuis une trentaine d’années.

Enfin, une campagne d’information devrait être lancée dans les médias étrangers pour « faire la publicité de la destination Sénégal ».

Lire aussi :

Embouteillages des compagnies à l’horizon
Économie africaine : l’année 2012 en questions

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici