Ouganda : deux adversaires politiques du président Museveni arrêtés

Les deux opposants politiques, Amama Mbabazi et Kizza Besigye, se présenteront tous les deux à l'élection présidentielle contre le président sortant. © Alexander Zemlianichenko et Ronald Kabuubi/AP/SIPA

Deux candidats déclarés à la présidentielle ougandaise de 2016, Amama Mbabazi et Kizza Besigye, ont été arrêtés jeudi par la police. On leur reproche de participer à des activités politiques alors que la campagne officielle n’a pas encore été lancée.

L’ancien Premier ministre Amama Mbabazi a été arrêté jeudi 9 juillet alors qu’il se rendait à Mbale pour tenir des consultations en vue de sa candidature à la présidentielle. « Je lui ai donné deux options, retourner à Kampala ou se faire arrêter. Je l’ai arrêté », a confirmé Felix Kaweesi, le chef de la police ougandaise à New Vision.

Quelques heures plus tôt, le leader de l’opposition Kizza Besigye et fondateur du Forum pour un changement démocratique a lui aussi été appréhendé. Les policiers l’ont arrêté à sa résidence devant la presse ougandaise.

Les deux hommes, d’anciens alliés du président Museveni, avaient récemment annoncé leur candidature au scrutin présidentiel.

Mbabazi déjà interdit de meeting

Amama Mbabazi avait été limogé de son poste de Premier ministre en septembre 2014, vraisemblablement en raison de son ambition présidentielle notoire, et de secrétaire général du Mouvement de résistance nationale (MRN) par son chef, le président Museveni.

Fin juin, le patron de la police ougandaise, Kale Kayihura, lui avait interdit d’organiser des meetings dans le pays, les déclarants « illégaux ». L’épouse d’Amama Mbabazi a confié à l’AFP que son mari s’attendait à son arrestation. « C’était prévisible, venant de ce gouvernement. Cela montre que la dictature règne dans notre pays, où les gens n’ont pas la liberté d’exercer leurs droits », a affirmé Jacqueline Mbabazi. Sa fille aurait elle aussi été appréhendée par les policiers.

#FreeBesigye

Amama Mbabazi a été relâché après quatre heures de détention, ce qui n’est pas le cas de Kizza Besigye. L’ancien colonel dans l’armée ougandaise et ancien médecin personnel de Museveni a été candidat défait à la dernière présidentielle.

Une campagne a été lancée sur Twitter pour dénoncer son arrestation et réclamer sa libération.

Dikembe/Twitter

kizza © Dikembe/Twitter

Yoweri Musevi est accusé par ses opposants de vouloir s’accrocher au pouvoir. Il a déjà été nommé par les militants du MRN, comme son candidat en 2016.