Fermer

Gaz : la Côte d’Ivoire et Bouygues se mettent d’accord

La centrale d'Azito. L'accord devrait alléger la facture électrique du gouvernement de 122 millions d'euros par an. © AFP

L'État ivoirien est parvenu à conclure un accord avec la compagnie Foxtrot sur le prix du gaz naturel livré pour l'approvisionnement des centrales thermiques. La filiale de Bouygues a par ailleurs obtenu l'autorisation d'exploiter le champs Manta.

Après plusieurs mois d’âpres négociations, l’État ivoirien est parvenu à conclure un accord avec la compagnie Foxtrot, filiale de Bouygues, sur le prix du gaz naturel livré pour l’approvisionnement des centrales thermiques. Depuis plusieurs années, le Fonds monétaire international (FMI) estimait que les prix contractuels de la livraison de gaz naturel en Côte d’Ivoire étaient très élevés. Selon les termes de cet accord, Foxtrot, filiale de Bouygues, livrera désormais à 5,5 dollars le million de BTU, une unité d’énergie, de gaz naturel. Auparavant, l’entreprise alignait ses prix sur les cours mondiaux du pétrole brut. « Grâce à cet accord, la Côte d’Ivoire, qui enregistrait un déficit annuel de 150 milliards de F CFA (229 millions d’euros) dans le secteur de l’électricité, devrait réussir à faire des économies de 80 milliards de F CFA », explique Bruno Koné, porte-parole du gouvernement ivoirien. Selon lui, d’autres négociations sont en cours afin de réviser le contrat de rémunération du concessionnaire. Olivier Bouygues, l’un des patrons du groupe, est attendu à Abidjan à la mi-novembre pour parafer la convention d’accord.

155 milliards de pieds cubes

De sources proches du ministère des Mines, du Pétrole et de l’Énergie, le groupe français a obtenu l’accord du président Alassane Ouattara pour démarrer l’exploitation du champ Manta, situé sur le bloc CI 27, où sont prévus des investissements de 209 millions d’euros. Découvert par les américains de Philipps Petroleum en 1981, le gisement de Manta ne faisait pas partie des priorités de Bouygues lors de son arrivée sur le bloc CI-27, dans les années 1990. Les prévisions de production sont programmées à partir de 2016 pour environ 155 milliards de pieds cubes qui seront destinés aux centrales thermiques d’Abidjan – Ciprel et Azito

D’autre part, en attendant l’entrée en production, dès 2013, du champ Gazelle, opéré par l’australien Rialto Energy, l’État poursuit ses discussions avec Canadian Natural Resources (CNR) sur le bloc CI 26. Ces tractations pourraient s’achever le mois prochain. En cas d’accord, la Côte d’Ivoire pourrait engranger 27 milliards de F CFA (41 millions d’euros) dès 2013.

À lire aussi :

Côte d’Ivoire : ContourGlobal construira la centrale d’Abatta
Côte d’Ivoire : 345 millions de dollars pour Azito

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro