Huawei veut conquérir l’Afrique avec son smartphone low cost

Par Jeune Afrique

Pour conquérir l'Afrique, Huawei compte sur son modèle low cost d'un prix inférieur à 100 dollars. Landov/MaxPPP ©

Huawei Technologies, le plus important équipementier télécoms chinois, prévoit une augmentation de 30% de ses revenus en Afrique australe et orientale dans les trois prochaines années.

Dans une interview accordée à BloombergBusinessweek, Li Dafeng, président pour l’Afrique australe et orientale de la société chinoise Huawei Technologies, spécialisée dans la fabrication d’équipements de télécommunication, prévoit de réaliser une croissance de 30% de son chiffre d’affaires sur sa zone d’ici à fin 2015. La société entend notamment baser son développement sur la faible pénétration du haut débit mobile (environ 10%) et sur la demande croissante pour les smartphones en Afrique. Li Dafeng a aussi expliqué vouloir renforcer son offre B to B ainsi que ses relations avec les États.

Lire aussi :

Des smartphones chinois pour l’Afrique
Télécoms : les nouvelles visées des opérateurs chinois en Afrique
Alger la chinoise

Smartphone low cost

En 2011, la société a publié un chiffre d’affaires pour l’ensemble de l’Afrique de 3,42 milliards de dollars, en augmentation de 15% par rapport à 2010. Le continent représente 13% de ses ventes globales et l’Afrique du Sud 30% de ses revenus africains. Huawei dit avoir vendu 20 millions de télépones dans le monde en 2011 et estime qu’il en vendra 60 millions en 2012. Pour conquérir l’Afrique, il capitalise notamment sur Ideos, son modèle low cost, d’un prix inférieur à 100 dollars, dont la part de marché est de 45% au Kenya.

Huawei a construit une unité de recherche et développement en Afrique du Sud ainsi que sept centres de formation dans la région, notamment en RD Congo, en Égypte et au Maroc. Il s’est désormais fixé pour objectif de recruter 70% de sa main d’œuvre localement.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici