Fermer

Nununa, un modèle solidaire payant

Par

La présidente de Nununa, Diaharatou Diasso. DR ©

Pour la troisième année consécutive, l'association Finansol et le quotidien français Le Monde ont décerné les Grands prix de la finance solidaire. Spécialisée dans la production de beurre de karité, la fédération burkinabè Nununa figure parmi les lauréates.

Créée en 2001, l’entreprise sociale Nununa (« Gras naturel », en dialecte nuni, du centre-ouest du Burkina Faso) regroupe quelque 4 600 productrices de sésame et de beurre de karité du Burkina. Objectif : valoriser leur savoir-faire et mutualiser leurs moyens de production afin d’optimiser le produit final. Pari réussi, et à double titre. La coopérative a obtenu en 2007 la labellisation « commerce équitable » pour son beurre de karité et elle en exporte désormais 100 à 150 tonnes par an. Le beurre s’est transformé entre-temps en savon et autres cosmétiques à plus forte valeur ajoutée. Ses membres ont également diversifié leurs activités en se lançant, sur le même modèle solidaire, dans la production d’huile de sésame. Un essor rendu possible notamment grâce à l’appui financier du Fonds Afrique (fonds d’investissement de la société de capital-risque Garrigue) et à l’intervention de l’association française de solidarité Tech-Dev, spécialisée dans l’appui technique aux petites entreprises africaines.

Diversification des activités

Au-delà de la croissance et de la diversification des activités lucratives de ses membres, Nununa se distingue par ses retombées sociales, non seulement pour les femmes membres de la Fédération mais également pour la collectivité. La fédération contribue ainsi activement à l’amélioration des conditions de vie de ses membres, en ouvrant des centres d’alphabétisation des femmes rurales, en construisant des latrines publiques et en mettant en place un système de parrainage d’orphelins grâce à la prime issue du commerce équitable.

Grâce au soutien de France active, de la Fondation Crédit coopératif et de la mutuelle Carac, le Grand prix de la finance solidaire a été assorti d’une dotation de 5 000 euros. De quoi améliorer un peu plus les conditions de vie des productrices de Nununa.