Nabil Zorkot : « Mon père est venu en Côte d’Ivoire pour des raisons économiques »

Nabil Zorkot, photographe en Côte d'Ivoire © Samar Media

Les Libanais d’Afrique sont devenus aujourd’hui, par leur nombre, leur attachement au pays d’accueil et à la terre d’origine, ainsi que par leur influence économique, une catégorie socio-économique significative dans les pays d’Afrique de l’Ouest. Avec notre partenaire Samar Media, nous vous proposons une série de témoignages de ces Libanais, installés au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

Second épisode de notre série : le témoignage de Nabil Zorkot, photographe professionnel en Côte d’Ivoire.

“Le petit Syrien”, comme l’appelaient ses camarades lorsqu’il était enfant, a fait ses études de cinéma au Canada. Mais il a fait le choix de revenir en Côte d’Ivoire pour travailler en tant que photographe et vivre dans le pays d’accueil de son père, arrivé du Liban en 1960 pour des raisons économiques.

Découvrez ci-dessous son témoignage :

Voir le site de notre partenaire Samar Media, le média citoyen arabe.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici