Tunisie : Ennakl cédé aux groupes Poulina et Amen

Par Jeune Afrique

Au premier semestre 2012, les revenus d'Ennakl ont continué à baisser. © Hichem

L'État tunisien a cédé 60% du capital du concessionnaire tunisien Ennakl, coté à Tunis et Casablanca, à un consortium formé des groupes Poulina et Amen. Pour 114 millions d'euros.

Selon plusieurs medias tunisiens, l’appel d’offres concernant la cession par l’État tunisien de 60% du capital d’Ennakl s’est achevé le 16 novembre, avec le choix du consortium Poulina-Parenin. Ce dernier aurait offert de payer 231 millions de dinars tunisiens (environ 114 millions d’euros) pour prendre le contrôle du concessionnaire tunisien représentant des marques Volkswagen, Audi et Porsche dans le pays. Poulina est l’un des plus importants groupes privés du pays, spécialisé à l’origine dans l’aviculture mais dont les activités se sont largement diversifiées au fil du temps. Parenin, une filiale du groupe Amen détenu par la famille Ben Yedder, est le représentant de la marque Caterpillar en Tunisie.

Le consortium vainqueur bat ainsi les deux autres consortiums candidats au rachat : Atrous-Egyptian Automotive & Trading Co et Bouchamaoui-Domingo Alonso, qui avaient la particularité d’inclure chacun une société déjà distributrice de Volkswagen ailleurs dans le monde. Egyptian Automotive & Trading Co représente ainsi la marque allemande en Égypte et Domingo Alonso dans plusieurs pays (Canaries, Cap Vert, Vénézuela, etc).

En difficulté

Figurant parmi les principaux concessionaires automobiles en Tunisie, Ennakl a été fondé par l’État en 1965. La société a été privatisée en totalité en 2006, en faveur d’un holding détenu par Sakhr el-Materi, le gendre de Ben Ali. En 2010, 30% du capital a été cédé à la Bourse de Tunis et 10% à celle de Casablanca, signant la première double-cotation entre ces deux marchés. Suite au Printemps arabe et à la confiscation de nombreux biens acquis par les proches de la famille de l’ancien président tunisien, l’État a récupéré les parts encore détenues par el-Materi.

En 2011, le chiffre d’affaires d’Ennakl a lourdement chuté (-35,7%), à 262,7 millions de dinars, dans un marché fortement impacté par les suites de la révolution de janvier 2011. Malgré la reprise des ventes de voitures en Tunisie en 2012, la société a vu ses revenus continuer à baisser au premier semestre (-5,8%) et ses bénéfices nets régresser de 21,7%. Selon le courtier marocain CFG Group, sa part de marché globale s’établirait à 14,6% (à fin juin 2012) contre 20,3% une année auparavant.